Johannesburg: Un père a vendu sa fille en échange de trois vaches
Actualisé

JohannesburgUn père a vendu sa fille en échange de trois vaches

L'ancienne coutume du mariage forcé est de retour dans certaines zones rurales. Une jeune victime témoigne.

Nolizwi Sinama avait 14 ans quand sa vie a basculé. Contre trois vaches, ses parents l'ont mariée de force à un homme de 42 ans, arguant d'une vieille coutume remise en vigueur dans certaines zones rurales d'Afrique du Sud.

«Tout a eu lieu très vite», raconte avec nervosité l'adolescente qui, après trois ans de cauchemar, a trouvé refuge dans un foyer à Palmerton, au cœur de la province pauvre de l'Eastern Cape. «Un jour, j'étais une écolière normale et le lendemain, je me suis retrouvée dans une famille inconnue et un vieil homme m'a forcée chaque jour à coucher avec lui.» Et cette mère d'un enfant de 2 ans poursuit en retenant ses larmes: «Je ne pouvais pas rentrer chez moi, ma grand-mère m'avait dit de ne jamais revenir: ils avaient vendu les vaches et utilisé l'argent.»

Des centaines d'autres mineures ont vécu la même tragédie en application d'une tradition appelée «ukuthwalwa» («être emmenée»). Cette coutume, quasiment éteinte pendant des années, prévoit qu'un homme peut enlever une femme pour l'obliger à l'épouser. Dans le passé, cette pratique ne s'appliquait qu'à des femmes majeures. Aujourd'hui, des hommes mûrs l'utilisent comme prétexte pour ravir des filles prépubères.

Un certain nombre de «maris», parfois âgés d'une soixantaine d'années, et de parents ont déjà été arrêtés. «Dans la plupart des cas, les maris ont été inculpés pour enlèvement et viol. Mais pour l'instant, on n'a pas encore obtenu de condamnation.» (afp)

Ton opinion