Infanticide à Winterthour: Un père ayant tué son fils fera bien de la prison
Actualisé

Infanticide à WinterthourUn père ayant tué son fils fera bien de la prison

La justice zurichoise a confirmé mercredi en appel la peine de 18 ans de prison infligée à un homme qui a ôté la vie à son enfant de 4 ans, en 2010 dans une chambre d'hôtel.

L'accusé, à droite, avait dit ne pas se souvenir d'avoir entrepris quelque chose dans le but de tuer son fils.

L'accusé, à droite, avait dit ne pas se souvenir d'avoir entrepris quelque chose dans le but de tuer son fils.

photo: Keystone

Le père de 66 ans ne sera pas interné, le risque de récidive après sa sortie de prison étant faible en raison de son âge.

Le drame remonte au 26 février 2010, à la veille du 5e anniversaire du garçon. Le père alors âgé de 61 ans emmène son fils du domicile familial de Bonstetten (ZH) à Winterthour. A l'hôtel, il lui administre une haute dose de somnifères avant de l'étouffer avec un oreiller.

Le prévenu tente ensuite de se suicider par asphyxie en actionnant un extincteur qu'il avait emporté dans ses bagages. Mais la fumée diffusée par l'extincteur ayant déclenché l'alarme incendie, le personnel de l'établissement découvre rapidement l'homme et l'enfant inconscients. Le garçon meurt peu après son hospitalisation.

Le prévenu craignait que la mère du garçon, une Brésilienne dont il était séparé, n'emmène leur enfant à l'étranger et qu'il ne le revoie jamais. Dans les années 1990, l'homme avait déjà tenté de tuer son premier fils. Aujourd'hui adulte, celui-ci est resté lourdement handicapé.

Déclarations confuses

Durant son procès en appel devant la Cour suprême zurichoise, le sexagénaire a admis être responsable de la mort de son fils, mais il n'a pas avoué les faits. Dans des déclarations confuses, il a dit ne pas se souvenir d'avoir entrepris quelque chose dans le but de tuer son fils.

L'accusation et la défense avaient appel du jugement de première instance prononcé en août 2013 par le Tribunal de district de Winterthour. Les juges cantonaux ont toutefois confirmé ce verdict.

Ils ont reconnu le prévenu coupable d'assassinat tout en lui concédant une responsabilité amoindrie par des troubles paranoïaques à tendances narcissiques. La Cour n'a pas suivi le procureur qui réclamait l'internement. Le condamné aura 79 ans dans le meilleur des cas lorsqu'il sortira de prison. Son risque de récidive sera alors minime, a justifié le tribunal. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion