Lausanne: Un pervers sexuel veut être garçon au pair en Suisse

Actualisé

LausanneUn pervers sexuel veut être garçon au pair en Suisse

Après avoir pris contact avec un Français de 34 ans pour la garde d'enfants, elle découvre avec effroi son passé judiciaire en Irlande.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye

Un CV riche de sept ans dans la garde d'enfants, une parfaite maîtrise du français et de l'anglais, des contacts téléphoniques rassurants, une photo qui fait penser à un homme qui présente bien… Il n'en fallait pas plus pour que Nicole* porte son choix sur Adrien*. «Il avait le meilleur profil. Je devais le voir samedi prochain pour la garde de deux filles de 11 et 12 ans. Par curiosité, j'ai cherché son nom sur internet», raconte la Lausannoise.

Là, stupéfaite, elle tombe sur plusieurs articles de la presse écossaise et irlandaise où le Français de 34 ans, qui voulait être garçon au pair en Suisse, est traité de «pervers sexuel». Selon «The Sun», à la suite d'une affaire avec une fillette âgée de 8 ans, dont le trentenaire disait être amoureux, il a été condamné à 16 mois de prison. Mais la justice a suspendu cette peine quand l'homme a promis de ne plus séjourner en Ecosse jusqu'en 2019, à la majorité de la fille. Il a aussi été condamné à un internement de six mois dans une unité psychiatrique.

Alerte donnée par un journal irlandais

Il y a trois semaines, un journal irlandais sonnait l'alerte: «Le pervers sexuel cherche un emploi comme garçon au pair dans plusieurs pays, dont la Suisse.» Le Français, domicilié chez ses parents en Normandie, a publié des annonces de recherche d'emploi sur divers sites romands. Il avoue avoir été contacté par ­plusieurs familles en Suisse, pays dont il apprécie le calme et les mon­tagnes.

*Prénoms d'emprunt

«Je suis victime de Google et de la presse»

«J’aime les enfants, mais pas dans le sens malveillant auquel les gens pensent.» Le Français de 34 ans qui a affolé bien des parents en Ecosse et en Irlande se dit victime de Google et de la presse. Et les condamnations dont il a fait l’objet? Il dit avoir été «défendu par des avocats incapables». Depuis la publication de ses photos par des journaux, ce passionné de ski dit que sa vie est brisée. «Je fais peur aux gens à cause d’une escalade de malentendus et de diffamations», clame-t-il. Pourquoi pas un emploi dans un autre domaine que le baby-sitting? «J’aime m’occuper des petits.» Invitée à se prononcer sur Adrien*, sa sœur âgée de 23 ans n’a pas souhaité s’exprimer.

Ton opinion