Suède/Finlande: Un petit air de NHL aux Mondiaux de hockey
Actualisé

Suède/FinlandeUn petit air de NHL aux Mondiaux de hockey

Comme l'an dernier, le Championnat du monde se dispute à Stockholm et Helsinki. Seule différence: la phase finale aura lieu cette fois-ci en Suède. La Russie entend bien défendre son titre.

La Russie entend bien défendre son titre et sa place de no 1 mondial.

La Russie entend bien défendre son titre et sa place de no 1 mondial.

Bien évidemment, le lock-out qui a longtemps paralysé le Championnat de NHL aura également des effets sur la compétition mondiale. Comme les play-off du Championnat nord-américain n'ont commencé que dans la nuit de mardi à mercredi - soit 19 jours plus tard que l'an dernier - il y aura beaucoup moins de joueurs de la NHL en lice. Exemple frappant: la Finlande ne pourra compter que sur Lauri Korpikoski (Phoenix Coyotes). Ainsi, la sélection finlandaise alignera pour la première fois depuis 1994 un trio de gardiens du championnat nationale. Il s'agit de Atte Engren, Joni Ortio und Antti Raanta.

Premier adversaire de la Suisse vendredi, la Suède ne compte que six joueurs de la NHL dans ses rangs. Parmi eux, on retrouve Loui Eriksson, qui a disputé sept matches avec Davos pendant le conflit de NHL. Recalé à Berne qu'il avait quitté en cours de saison, Nicklas Danielsson a forcé les portes de la sélection. En revanche, Linus Omark, le meilleur compteur du tour de qualification de LNA, n'a pas passé le dernier «cut».

Pays organisateurs, la Finlande et la Suède doivent une revanche à leurs supporters après leur campagne décevante l'an dernier. Les Finlandais s'étaient qualifiés pour les demi-finales et ont finalement terminé quatrièmes, la Suède avait été éliminée dès les quarts de finale par la République tchèque (3-4). Mais la statistique parle en défaveur des Scandinaves. L'Union soviétique est le dernier pays organisateur à s'être imposé chez lui en 1986 à Moscou.

Avec Kovalchuk sans Malkin

Héritière de l'Union soviétique, la Russie, tenante du titre, est à nouveau un candidat sérieux à la consécration. Elle se présentera à Helsinki avec dix joueurs sacrés en 2012. Toutefois, il manque trois joueurs-clés: Pavel Datsyuk (Detroit Red Wings), Alexander Ovechkin (Washington Capitals) et Evgueni Malkin (Pittsburgh Penguins), sacré MVP du dernier Mondial. Mais les Russes pourront compter cette fois-ci sur Ilya Kovalchuk (New Jersey Devils). Ils récupèrent aussi Alexandre Radulov (CSKA Moscou), blessé au genou l'an dernier. Dans les buts, les responsabilités pourraient être partagées entre Ilya Bryzgalov (Philadelphia Flyers) et Semyon Varlamov (Colorado Avalanche).

Le Canada, deuxième adversaire de la Suisse dimanche, part en reconquête après trois éliminations successives en quarts de finale et une chute à la 5e place du classement mondial. L'an dernier, les joueurs à la feuille d'érable étaient tombés face à la Slovaquie (3-4). Les Canadiens ont communiqué une première liste de vingt-deux joueurs dont le seul joueur hors NHL est le gardien Michael Garnett du club russe de Tcheliabinsk. Avec Steve Stamkos (Tampa Bay/57 points), Eric Staal (Carolina Hurricanes/53) et Taylor Hall (Edmonton Oilers/50) figurent trois membres du Top-10 de la saison régulière de NHL. La sélection est dirigée par Lindy Ruff, le coach des Buffalo Sabres, assisté par Doug Shedden, l'entraîneur de Zoug.

Le défenseur d'Ambri-Piotta, Zdenek Kutlak est recensé dans l'effectif tchèque. Annoncé partant à la Valascia, il profitera du Championnat du monde pour se faire de la publicité. (ats)

Ton opinion