Genève: Un petit avion se plante à l'atterrissage
Actualisé

GenèveUn petit avion se plante à l'atterrissage

Un appareil a connu un incident à l'atterrissage, qui a partiellement immobilisé l'aéroport de Genève. Le pilote est indemne. Plusieurs vols ont été détournés.

par
Léonard Boissonnas/dra
1 / 4
Un petit avion a eu un problème à l'atterrissage sur le tarmac de Cointrin vers 10h15.

Un petit avion a eu un problème à l'atterrissage sur le tarmac de Cointrin vers 10h15.

Lecteur reporter
Les services de secours ont été dépêchés sur place.

Les services de secours ont été dépêchés sur place.

Lecteur reporter
La roue avant de l'appareil s'est rétractée à latterrissage. Suite à cet incident, l'avion s'est retrouvé immobilisé en début de piste.

La roue avant de l'appareil s'est rétractée à latterrissage. Suite à cet incident, l'avion s'est retrouvé immobilisé en début de piste.

Lecteur reporter

Scène peu banale mercredi matin sur le tarmac de Cointrin. Un avion privé, un monomoteur de type Piper Malibu, s'est retrouvé sur le nez peu après avoir atterri. Sa roue avant s'est détachée et son train s'est donc plié. Le Service de sauvetage et de lutte contre les incendies aéroportuaires a isolé l'aéronef du reste du trafic avant de procéder à son «relevage», c'est-à-dire son dégagement de la piste, à l'aide d'un camion spécialement équipé. Seul à bord, le pilote n'a pas été blessé.

Survenu à 10h15, l'incident s'est produit au début de la piste, longue de 3900 mètres. La plupart des catégories d'avions ont ainsi pu continuer à décoller sur les 2600 mètres restants. En revanche, les atterrissages ont été suspendus jusqu'à la réouverture complète de la piste, à 11 h 21.

Des vols en «holding»

Douze appareils qui devaient arriver vers 11h ont dû faire du «holding», tournant dans le ciel genevois et patientant pendant une vingtaine de minutes avant de pouvoir atterrir. Par ailleurs, 17 vols ont dû être détournés vers d'autres aéroports, principalement ceux de Zurich, Bâle et Lyon (F). Entre 4200 et 6000 passagers ont été ainsi touchés, selon une estimation de Genève Aéroport. Les retards enregistrés pour ces avions ont pu atteindre jusqu'à 2h30, précise l'institution.

Celle-ci indique que, selon les premiers éléments, ni le pilote ni l'état de la piste ne sont en cause dans l'incident. Une enquête pour les assurances devra donc faire la lumière sur un éventuel problème technique survenu sur le monomoteur.

Ton opinion