Actualisé 06.07.2010 à 19:34

Trafic de somnifèresUn pharmacien prend 2 ans avec sursis

Un pharmacien a été condamné mardi à Lausanne à 2 ans d'emprisonnement avec sursis pour infraction grave à la loi fédérale sur les stupéfiants.

Entre 2004 et 2007, Un pharmacien a détourné près de 350'000 comprimés de Dormicum 15 mg, écoulés dans le milieu toxicomane.

Son principal complice a lui aussi écopé de 2 ans avec sursis. Quatre autres participants ont été condamnés à des peines moins lourdes, dont trois avec sursis, par le Tribunal correctionnel de Lausanne. L'un des participants, séjournant illégalement en Suisse et récidiviste, a été condamné à cinq mois d'emprisonnement ferme.

Selon le jugement, la culpabilité du pharmacien, un Genevois de 45 ans, est extrêmement lourde. Sans son concours, il aurait été impossible aux autres condamnés de se livrer à un trafic d'une telle ampleur.

Attitude incompréhensible

L'homme a contribué à répandre un médicament considéré comme un stupéfiant, dont il ne pouvait pas ignorer la dangerosité. Le Tribunal considère l'attitude de ce pharmacien dont les affaires étaient déjà bonnes au moment des faits comme totalement incompréhensible.

Son principal complice, un chauffeur-livreur travaillant pour un fournisseur lausannois ayant pris l'initiative de la mise en place du trafic, a également été reconnu coupable d'infraction grave à la loi fédérale sur les stupéfiants. Il a constamment minimisé son implication dans le trafic.

Vaste trafic

Le chauffeur-livreur, un ressortissant turc de 42 ans, effectuait quotidiennement des livraisons au pharmacien genevois. Profitant du lien professionnel qui s'est tissé entre eux, il la convaincu de détourner près de 3'500 boîtes de 100 comprimés de Dormicum pour les écouler au marché noir.

Achetées entre 45 et 50 francs l'unité au pharmacien, les boîtes étaient revendues entre 150 et 200 francs à des intermédiaires, puis entre 400 et 500 francs sur le marché noir.

Les six condamnés ont admis les faits qui leur sont reprochés. Certains d'entre eux ont commencé par les nier, ou ont tenté de les minimiser. Le trafic a valu au pharmacien quatre mois de suspension d'activité après le démantèlement du réseau.

Le Dormicum, de la famille des benzodiazépines, est utilisé pour soulager l'anxiété et les insomnies lourdes. Il est souvent vendu au noir dans le milieu toxicomane, où il est consommé comme stupéfiant. Entre 2004 et 2007, le réseau alimentait l'essentiel du marché noir lausannois.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!