Drame: Un pied de nez à la fatalité
Actualisé

DrameUn pied de nez à la fatalité

Oscar de la meilleure adaptation, «Precious» évite habilement tous les pièges du mélodrame larmoyant.

par
Fred Ferrari

Adapter au cinéma un roman comme «Push», de Sapphire, c'était courir le risque du misérabilisme.

Imaginez: une adolescente pas du tout gâtée par la nature et la vie. Il ne s'agit pas seulement de son surpoids, qui saute aux yeux. Precious est maltraitée par sa mère, violée par son père, dont elle attend un second enfant. Son avenir ressemble à un cul-de-sac. Pourtant, elle va prendre son destin en main le jour où elle franchit la porte d'une école alternative. Là, une enseignante la pousse à écrire chaque jour quelques lignes sur sa vie. Ce sera le déclic, même si la vie de Precious ne deviendra pas rose pour autant.

Le film de Lee Daniels est dur comme l'existence de son personnage. Il faut voir les coups balancés par la mère, et son silence face aux abus infligés à sa fille. La souffrance, silencieuse, qu'en ressent Precious est plus terrible que celle infligée par le père, figure quasi absente. Ce rapport à la mère (à la maternité) ­domine le film plus que le thème de la disgrâce ou de la pauvreté. Et tant pis si Gabourey Sidibe n'a pas remporté l'Oscar de la meilleure actrice. Elle restera longtemps dans nos cœurs.

Bande-annonce

Precious

De Lee Daniels

Avec Gabourey Sidibe, Mariah Carey, Lenny Kravitz

***

Ton opinion