Un Pilatus suisse livré au Tchad a largué des bombes
Actualisé

Un Pilatus suisse livré au Tchad a largué des bombes

Le secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a dit samedi prendre «très au sérieux» des images montrant un avion PC-9 armé au Tchad diffusées par la chaîne de télévision alémanique SF.

L'appareil avait été fourni en 2006 par la société nidwaldienne Pilatus.

L'émission alémanique «10vor10» a diffusé vendredi soir des photographies prises fin janvier au Tchad, selon SF. Des clichés montrent un Pilatus de l'entreprise de Stans avant et après une mission militaire présumée. Peu avant le décollage, on peut voir que l'appareil est muni de deux bombes à fragmentation.

Sur une autre image, on peut voir le même avion après son atterrissage, trois heures plus tard et sans ses bombes, explique SF. «10vor10» arrive à la conclusion que l'appareil a largué ses bombes lors d'un engagement militaire.

«Très au sérieux»

«Nous prenons ces images très au sérieux», a déclaré samedi à l'ATS Rita Baldegger, porte-parole du SECO. «Mais nous cherchons déjà très activement depuis janvier des éclaircissements» sur cette question, a-t-elle rappelé.

Les indications concernant l'engagement d'un Pilatus armé par les Tchadiens deviennent de plus en plus crédibles, a encore ajouté la porte-parole.

En janvier, le SECO et le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avaient entamé des investigations à la suite de premières informations de médias concernant l'engagement d'un avion Pilatus d'entraînement militaire par le Tchad pour des combats dans la région soudanaise voisine du Darfour.

Ambassadeur convoqué

Pour en savoir plus, la Suisse avait entrepris une démarche auprès du gouvernement tchadien, lui demandant de se prononcer sur l'armement du PC-9 et sur l'utilisation éventuelle de l'appareil armé. L'ambassadeur du Tchad en Suisse avait alors été convoqué par les services de Micheline Calmy-Rey.

A la mi-janvier, le chef du SECO Jean-Daniel Gerber avait indiqué que ses services avaient pu confirmer que le Tchad avait doté le PC-9 de l'équipement nécessaire à son armement. «Il n'est pas sûr que l'avion a été armé», avait-il ajouté à l'époque.

Biens à double utilisation

Le Tchad a commandé un seul PC-9 à Pilatus. L'appareil - qui n'était pas armé et était destiné uniquement à l'entraînement - a été livré en 2006 par la firme nidwaldienne.

L'exportation a été autorisée car les conditions fixées dans la loi sur le contrôle des biens utilisables à des fins civiles et militaires étaient remplies. Si les informations des médias devaient être avérées, la question se pose de savoir si la Suisse pourrait prendre des sanctions contre le Tchad.

GSsA «déçu»

Dans un communiqué diffusé samedi, le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) s'est dit «déçu» par l'enquête menée par le SECO sur cette affaire. Le groupe exige que les PC-9 soient à nouveau soumis à la loi sur le matériel de guerre.

Le sujet sera évoqué lundi lors de la séance de la Commission de politique extérieure du Conseil national. Le président de ladite commission Geri Müller (Verts/AG) entend présenter les photos en question à la conseillère fédérale Doris Leuthard, a-t-il indiqué samedi à l'ATS. Le SECO fait partie du département de la ministre de l'économie.

Combats

Cette affaire du Pilatus intervient alors que la situation s'est dégradée à la fin janvier au Tchad, une ancienne colonie française. Les rebelles ont tenté de renverser le président Idriss Deby. Des combats violents ont eu lieu à N'Djamena entre les forces gouvernementales et les rebelles au début février. Selon le président Deby, l'armée est venue à bout des rebelles. (ats)

Ton opinion