30.06.2020 à 15:31

Sortie ciné

Un Pinocchio qui ne provoque aucune empathie

Nous avions rencontré l’équipe de «Pinocchio» à la Berlinale en février, juste avant que le coronavirus commence à faire des siennes en Europe. Découvrez les interviews en vidéo, ainsi que notre avis sur le film.

de
Marine Guillain

Gepetto, pauvre menuisier, (Roberto Begnini, qui n’en revient toujours pas d’avoir eu la chance d’incarner le père, alors qu’il avait interprété le fils dans son propre Pinocchio de 2003), parvient à négocier un morceau de bois pour y sculpter une poupée. Mais ce bois est spécial. La poupée prend vie, Gepetto la considère comme son enfant. Un enfant qui dès le premier jour, gambade, fait des bêtises et refuse d’aller à l’école. Pinocchio (le jeune Federico Ielapi, transformé sous quatre heures quotidiennes de maquillage) se retrouve alors embarqué dans une aventure initiatique qui se construit au gré des rencontres avec diverses créatures: le Chat et le Renard, la Fée bleue, Mangefeu, Lucignolo.

Gepetto (Roberto Begnini) tient à ce que son fils Pinocchio (Federico Ielapi) aille à l’école.

Gepetto (Roberto Begnini) tient à ce que son fils Pinocchio (Federico Ielapi) aille à l’école.

- DR


Prévu pour le 18 mars et reporté à cause du coronavirus, Pinocchio est la première grosse sortie depuis la réouverture des salles. L’atout du film est indéniablement son univers, qui ne ressemble à nul autre et lui permet de se démarquer des remake Disney qui sortent chaque année. D’ailleurs, Matteo Garrone («Dogman» et «Gomorra») dit avoir saisi l’occasion de raconter «la vraie histoire de Pinocchio»: celle du livre et non du dessin animé.

«Pinocchio», de Matteo Garrone

«Pinocchio», de Matteo Garrone

- DR

Le problème, c’est que ce film est très laid, qu’il s’agisse du criquet, des autres animaux humanoïdes ou de Pinocchio, personnage au fort potentiel agaçant. Le film est bourré de morales (sur la misère humaine, les inégalités, les injustices) qui s’enchaînent les unes après les autres sans fil conducteur solide. Enfin, ses personnages (à part peut-être Gepetto) ne procurent pas la moindre empathie. **

«Pinocchio», de Matteo Garrone

«Pinocchio», de Matteo Garrone

- DR

«Pinocchio»

De Matteo Garrone. Avec Roberto Benigni, Federico Ielapi, Marine Vacth. Sortie le 1er juillet 2020. **

À lire sur le même sujet:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
15 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

observations

01.07.2020 à 14:05

Le titre de l'article me fait penser au scandale PLR MAUDET et Cie.

Annabelle

01.07.2020 à 11:50

Je n'ai pas réussi à regarder ce film jusqu'au bout tant l'histoire était d'un ennuyeux...

Fidèle au livre du coup

01.07.2020 à 08:27

J'ai lu le livre et effectivement, Pinocchio et les autres personnages ne sont pas franchement sympathiques