Actualisé 31.03.2020 à 12:23

Football - Angleterre

Un plan délirant pour sauver la saison

Afin de terminer le championnat de Premier League anglaise, les équipes seraient confinées dans des hôtels isolés et chaque journée répartie sur plusieurs jours. Avec un but bien précis...

de
Sport-Center
Comptant 25 points d'avance sur Manchester City (2e), le Liverpool de Jürgen Klopp ne serait sans doute pas mécontent de pouvoir terminer la saison. Peu importe après tout comment...

Comptant 25 points d'avance sur Manchester City (2e), le Liverpool de Jürgen Klopp ne serait sans doute pas mécontent de pouvoir terminer la saison. Peu importe après tout comment...

Keystone

Comment imaginer rejouer au football en Premier League anglaise? Alors que le championnat est à l'arrêt depuis le 13 mars et que sa suspension se prolongera jusqu'au 30 avril au moins, les scénarios n'en finissent pas de fleurir, certains plus loufoques que d'autres. Tous poursuivent cependant un même but: boucler la saison coûte que coûte, à huis clos s'il le faut, compte tenu des énormes enjeux financiers liés notamment aux droits télévisés.

Voilà quelques jours, le cabinet KPMG avait calculé qu'un arrêt définitif de l'exercice 2019-2020 entraînerait un manque à gagner estimé à 1,4 milliard de francs (dont 850 millions en termes du seul contrat TV).

C'est dire que les clubs s'activent pour trouver une solution afin de pouvoir disputer les 92 matches encore au programme.

Révélé par «The Independent», le dernier plan étudié n'est pas le moins délirant. A en croire le quotidien britannique, les instances dirigeantes du championnat anglais envisageraient dorénavant de jouer ces matches en juin et juillet, dans deux lieux géographiques distincts: soit la région de Londres et celle des Midlands, au centre du pays. Des matches qui se joueraient exclusivement à huis clos. Jusque-là, rien de révolutionnaire compte tenu de la pandémie de coronavirus.

Le scénario dévoilé prend toutefois une tout autre tournure dès lors que l'on y aborde la façon de le mettre en pratique. Dans la formule imaginée, les clubs rejoindraient des camps de base isolés et seraient confinés à demeure dans des hôtels, à l'instar des sélections lors d'une Coupe du monde. Même chose concernant les arbitres et les équipes de télévision. Tous effectueraient des tests de dépistage et seraient dans des conditions de mise en quarantaine en dehors de leurs matchs respectifs. Avec l'objectif de réduire drastiquement le risque d'une contamination au Covid-19, la présence d'un seul cas positif pouvant faire capoter l'ensemble du dispositif.

Des matches tous les jours

Face à la pression croissante des diffuseurs, l'idée de base consisterait aussi à faire de ces deux mois de compétition en autarcie un «méga-événement télévisé». A cet égard, les journées (il en reste neuf pour la majorité des équipes) seraient étalées sur plusieurs jours – et tous les matches intégralement diffusés. Le tournus qui s'opérerait aurait ainsi l'avantage de proposer du football tous les jours, comme lors d'une Coupe du monde classique. Une couverture télévisuelle destinée aussi à booster le moral d'une population confinée chez elle.

Ce plan un peu fou aurait même déjà reçu le soutien du gouvernement de Boris Johnson. Au 10 Downing Street, la reprise de la Premier League serait même perçue comme un encouragement psychologique aux efforts de la nation, signe précurseur d'un très lent - mais encore terriblement éloigné - retour progressif à une certaine forme de normalité.

Voilà du moins pour la théorie. Pour son application concrète, tout dépendra de la réalité sanitaire.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!