Football anglais: Un plan pour gagner la Coupe du monde 2022
Actualisé

Football anglaisUn plan pour gagner la Coupe du monde 2022

Le nouveau président de la fédération anglaise (FA) Greg Dyke se montre ambitieux. Il a présenté un plan de restructuration qui doit permettre à l'Angleterre de «remporter la Coupe du monde 2022».

par
lgü

«Aujourd'hui, je veux mettre le football anglais face à deux objectifs: atteindre au minimum les demi-finales de l'Euro 2020 et ensuite remporter le Mondial en 2022», a affirmé le président, élu en juillet, lors de sa première prise de parole publique depuis qu'il a remplacé David Bernstein.

Les résultats des sélections sont pourtant désastreux depuis plusieurs décennies. Les nouveaux dirigeants de la FA ont fait part de leur volonté de restructurer le football anglais afin de permettre à son équipe fanion, qui n'a plus rien gagné depuis la Coupe du monde 1966, de briller à nouveau.

«Le football anglais est un pétrolier qu'il faut faire virer de bord, a assuré M. Dyke en reconnaissant qu'il faisait face à des «perspectives effrayantes». «L'an dernier 32% des joueurs de Premier League étaient anglais. Que se passera-t-il si cela chute à 20 ou 15%? Est-ce que l'on doit ignorer le problème ou est-ce qu'on agit maintenant? Les choses doivent changer. Sinon, il est possible que dans le futur nous n'ayons pas assez de joueurs nationaux jouant régulièrement au plus haut niveau dans ce pays».

«Je ne veux pas tuer la poule aux oeufs d'or»

Le président de la FA, qui doit composer avec la toute puissante Premier League, dont il faut ménager la susceptibilité, a donc appelé à la formation d'une grande commission d'intérêt national intégrant toutes les composantes du football anglais. «Je ne veux pas tuer la poule aux oeufs d'or, a-t-il lancé à l'adresse du championnat, mais c'est tout le football anglais qui doit trouver une solution».

Parmi les mesures qui pourraient être explorées, M. Dyke a cité la mise en place d'un système de quotas de joueurs étrangers, la réforme du système des permis de travail accordés aux joueurs non-communautaires et celle du système des prêts de joueurs entre clubs.

Enfin, M. Dyke a entre-ouvert la porte à une réflexion sur la période du Boxing Day, habituellement joué en Angleterre entre Noël et le jour de l'an lorsque les autres championnats majeurs bénéficient d'une trêve hivernale. Pour cette mesure, la FA pourrait se heurter au conservatisme ambiant de supporters attachés à cette tradition.

La limite du nombre de joueurs étrangers pourrait mécontenter et l'UEFA et les instances européennes, pour peu qu'elles voient cela comme une entrave aux droits des travailleurs. (lgü/ats)

Ton opinion