Actualisé 08.08.2017 à 14:22

Genève

Un plan social sera négocié pour les licenciés d'Addax

Suite à l'annonce du licenciement de 174 personnes par Addax Petroleum, Mauro Poggia indique que ses services sont en contact avec l'entreprise.

de
mpo
Mauro Poggia, conseiller d'Etat genevois en charge du departement de l'emploi, des affaires sociales et de la sante (DEAS).

Mauro Poggia, conseiller d'Etat genevois en charge du departement de l'emploi, des affaires sociales et de la sante (DEAS).

Keystone/Martial Trezzini

Lundi, Addax Petroleum a annoncé son départ de Genève. Conséquence: 174 personnes seront licenciées.

Le départ de l'entreprise passée en mains chinoises s'est fait en conformité avec les lois encadrant les licenciements collectifs précise le Département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS). «L'office cantonal de l'emploi a bien été informé de la fermeture de la société Addax Petroleum et de l'ouverture d'une consultation du personnel», confirme sa porte-parole.

Discussion entre Addax et l'Etat

Mauro Poggia, conseiller d'Etat en charge du DEAS, indique «que l'annonce d'un licenciement collectif de cette ampleur est toujours préoccupant». Le magistrat précise que «la direction du service de l'emploi rencontre mardi après-midi la direction de la société pour fixer les modalités de consultation du personnel auquel un plan social devra être proposé s'il n'accompagne pas la délocalisation». Il estime qu'il est nécessaire de connaître rapidement le profil des personnes licenciées «pour anticiper l'accompagnement vers un nouvel emploi».

Ce départ est-il le signe d'un affaiblissement de la place genevoise en termes d'accueil de sociétés de négoce en matière premières? Mauro Poggia ne le croit pas. Le conseiller d'Etat estime que «cette décision est le résultat de circonstances conjoncturelles qui ne concernent pas l'ensemble du secteur du trading, dont on sait que Genève est le centre mondial».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!