Irlande: Un poète et ex-ministre élu président
Actualisé

IrlandeUn poète et ex-ministre élu président

Le candidat indépendant à la présidentielle en Irlande Sean Gallagher a concédé vendredi sa défaite au scrutin de jeudi et félicité le travailliste Michael D. Higgins pour sa victoire.

Micheal D Higgins est un militant pacifiste et un poète défenseur du gaélique.

Micheal D Higgins est un militant pacifiste et un poète défenseur du gaélique.

n poète et ancien ministre, Michael D. Higgins, candidat du Parti travailliste au pouvoir, semblait assuré vendredi de devenir président de l'Irlande. Son principal concurrent, Sean Gallagher, a concédé sa défaite à l'élection de jeudi et l'a félicité pour sa victoire. Les résultats définitifs sont attendus samedi.

«J'ai appelé Michael D. Higgins pour le féliciter de (...) sa victoire. Il aura mon soutien entier à son poste de président», a déclaré dans un communiqué le candidat indépendant Gallagher, qui était donné favori des sondages.

«Son slogan de campagne affirmait qu'il serait un président dont on serait fier et je pense qu'il le sera», a ajouté l'homme d'affaires, devenu célèbre en participant à une émission de télévision.

Quelques heures plus tôt, le Parti travailliste et la radio publique RTE avaient affirmé que M. Higgins, un sociologue travailliste de 70 ans, militant pacifiste et poète défenseur du gaélique, était presque assuré de l'emporter.

«Notre candidat Michael D. Higgins paraît quasiment certain maintenant d'être élu neuvième président d'Irlande», avait déclaré le chef du Labour et vice-Premier ministre, Eamon Gilmore.

Le poste de président de la république d'Irlande est essentiellement symbolique, mais le nouveau chef de l'Etat prendra les rênes du pouvoir dans une période économique très difficile.

Polémique fatale

Les sondages avaient constamment placé M. Higgins en deuxième position pendant la campagne électorale, derrière M. Gallagher. Ce dernier semble avoir pâti d'une polémique lancée en début de semaine par l'un de ses rivaux, Martin McGuinness, le candidat le plus controversé de cette élection en raison de son rôle passé au sein du groupe indépendantiste de l'Armée républicaine irlandaise (IRA).

M. McGuinness, vice-Premier ministre nord-irlandais et candidat du parti nationaliste de gauche Sinn Féin, a accusé M. Gallagher d'avoir accepté 5000 euros d'un homme d'affaires condamné pour contrebande. Ceci afin de financer le Fianna Fail (centre) dont M. Gallagher dit avoir été «un membre sporadique».

Vendredi soir, M. McGuinness a aussi félicité M. Higgins pour son élection. «Il sera un bon président», a-t-il assuré, se disant par ailleurs «ravi» de son propre score. «Des dizaines de milliers d'Irlandais ordinaires se sont retrouvés dans mon message (...) de patriotisme et d'engagement», a-t-il estimé.

Sept candidats aux profils variés et parfois atypiques étaient en course pour succéder à Mary McAleese, Fianna Fail (centre), à la tête du pays depuis 14 ans.

43% des suffrages pour l'heure

Le dépouillement des bulletins de vote se poursuivait vendredi dans la soirée, mais selon des résultats partiels portant sur 13 des 43 circonscriptions électorales, M. Higgins a été placé en première position par 43% des électeurs, contre 23% pour M. Gallagher.

M. McGuinness arrivait à ce stade en troisième position, avec 14% des suffrages. Suivaient le sénateur indépendant David Norris, premier candidat ouvertement homosexuel à la présidence, puis Gay Mitchell, le candidat du Fine Gael, le parti du Premier ministre Enda Kenny.

Le Fine Gael et le Parti travailliste avaient formé un gouvernement de coalition après les élections législatives de février 2010, où le parti au pouvoir Fianna Fail avait enregistré une sanglante défaite.

Le gouvernement de M. Kenny se retrouve à mettre en oeuvre un douloureux plan de sauvetage de 85 milliards d'euros, accepté par l'équipe dirigeante précédente et assorti de mesures d'économies budgétaires drastiques. (ats)

Ton opinion