Actualisé

«Avant l'aube»Un polar qui souffle le chaud et le froid

Pour son second long-métrage, Raphaël Jacoulot signe un thriller intéressant à défaut d'être abouti.

par
ffe

Il fait froid, en montagne, avant l'aube. Et pas seulement à cause de la neige qui tombe à gros flocons sur l'hôtel où travaille Fred (l'excellent Vincent Rottiers), un jeune en réinsertion. Tout cet univers tiré à quatre épingle est glacial. Mais après avoir été témoin de la disparition d'un client, Fred devient l'objet de toutes les attentions, chaleureuses, de son patron (Jean-Pierre Bacri), qui a quelque chose à se reprocher. Pourtant, à mesure qu'approche le printemps, la situation se glace comme un cadavre…

Psychologie primordiale

Thriller assez subtil dans la psychologie des personnages, jouant sur des apparences (Bacri le râleur, Rottiers le voyou) et les rapports de classes sociales, «Avant l'aube» ne sait pas comment se tirer d'affaire et rate sa sortie. Dommage.

«Avant l’aube»

De Raphaël Jacoulot. Avec Jean-Pierre Bacri, Vincent Rottiers, Sylvie Testud.

Sortie le 2 mars 2011.

**

Trois questions à Jean-Pierre Bacri

– Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce scénario?

– Le scénario lui-même! Comme je suis moi-même scénariste, je suis sensible à l’écriture et c’est pour moi un élément déterminant. Là, j’ai été tout de suite happé par l’histoire.

– Comment avez-vous travaillé avec l’acteur Vincent Rottiers?

– Notre relation s’est développée comme dans le film. Nous nous sommes très vite compris car nous avons la même conception du métier d’acteur: travailler sérieusement sans se prendre au sérieux.

– Comment définiriez-vous le film?

– C’est un polar basé sur des relations humaines très bien décrites par le réalisateur Raphaël Jacoulot. Il serait dommage d’en dire plus, de déflorer l’intrigue.

–Propos recueillis par Caroline Vié

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!