Genève: Un policier condamné et dégradé pour racisme

Actualisé

GenèveUn policier condamné et dégradé pour racisme

Le Ministère public a sanctionné un agent qui avait relayé des images douteuses sur un groupe WhatsApp. L'Etat l'a aussi puni, sans le licencier.

par
jef
L'ordonnance pénale a été signée par le procureur général Olivier Jornot.

L'ordonnance pénale a été signée par le procureur général Olivier Jornot.

Keystone/Martial Trezzini

Un policier, membre dirigeant d'un syndicat des forces de l'ordre, a été condamné pour discrimination raciale par le Ministère public. L'ordonnance pénale date du 12 février, rapporte «Le Courrier». En 2017 et 2018, l'homme avait relayé, sur un groupe WhatsApp privé constitué de collègues, des images censées être humoristiques à caractère antisémite, raciste et discriminatoire à l'égard des handicapés. Pour ces faits, l'agent a écopé de 90 jours-amende à 150 francs le jour assortis d'une amende de 2700 francs.

Le fonctionnaire, suspendu par le Conseil d'Etat en mai 2018, a pu reprendre son travail le 1er mars. Le nouveau président du Département de la Sécurité, Mauro Poggia (MCG), a choisi de le sanctionner disciplinairement en le dégradant - une punition moins lourde que celle voulue par Pierre Maudet (PLR), le précédent conseiller d'Etat chargé de la police, qui prônait son renvoi.

Le policier a décidé de contester l'ordonnance pénale. En revanche, il accepte la sanction disciplinaire. Son avocat, Me Assaël, considère qu'une prise de conscience a eu lieu. En 2014, l'agent avait déjà été averti par la cheffe de la police pour avoir écrit «crève sale FEUJ» sous un montage photo publié sur les réseaux sociaux par son collègue Hussard Noir (admirateur du IIIe Reich et licencié depuis) déguisé en un juif orthodoxe.

Ton opinion