Actualisé

Agression filmée dans un bus parisienUn policier en garde à vue après la diffusion de la vidéo

Un policier a été placé en garde à vue mercredi à l'Inspection générale des services (IGS, police des polices) après la diffusion sur internet d'une vidéo montrant une agression commise dans un autobus de la RATP.

Le fonctionnaire entendu par les policiers de l'IGS appartient au service régional de la police des transports (SRPT), a-t-on précisé.

Auparavant la PP avait annoncé avoir saisi l'IGS pour mener une enquête administrative à la suite de cette diffusion d'images sur le net, qui montrent une agression commise en décembre 2008.

D'autre part après le dépôt d'une plainte par la RATP, le parquet de Paris a saisi l'IGS d'une enquête judiciaire, selon la même source.

Vidéo surgie sur internet ce début de semaine

Les images, qui ont fait leur apparition sur internet en début de semaine, proviendraient de la caméra d'un autobus de nuit Noctilien de la RATP dans lequel un voyageur a été agressé le 7 décembre 2008 vers 03H45 dans le XVIIIème arrondissement de Paris selon les inscriptions portées sur la vidéo.

Les enquêtes en cours à la RATP et à l'IGS doivent déterminer comment cette vidéo a pu se retrouver sur internet et si les fuites sont le fait d'employés de la régie ou de policiers.

Un homme se fait agresser

Cette vidéo visible mercredi sur plusieurs sites internet montre l'agression d'un jeune homme par quatre adolescents pour lui dérober son porte-monnaie. Le jeune homme est roué de coups de pied et de poing aux cris de «fils de pute» et de «sale Français». Des passagers, qui tentent d'intervenir sont également frappés.

Pour Pierre Mongin, Pdg de la RATP, «grâce à des systèmes de vidéo protection, les personnes soupçonnées d'être les auteurs de cet acte seront déférées devant la justice, c'est un élement qui change la donne par rapport à un bus non équipé».

La diffusion de cette vidéo est un délit

Mais «la diffusion sur internet de la vidéo est un acte constitutif d'un délit, la RATP est victime dans cette affaire, elle porte plainte et elle demande que toute la lumière soit faite sur l'origine de cette fuite», a-t-il ajouté.

Pour M. Mongin, qui répondait à des journalistes en marge des assises des maires d'Ile-de-France, «c'est plus qu'une fuite, c'est une manipulation d'un document de type policier et judiciaire à des fins de communication externe».

Le syndicat Sud RATP a écrit à M. Mongin pour lui demander des «réponses, tant sur l'aspect de la libre diffusion d'images qui ne devraient pas être rendues publiques, que sur les suites judiciaires qui ont été données à ces agissements inqualifiables».

Doutes sur l'authenticité de la vidéo

Une enquête devra déterminer si la vidéo est authentique, ou s'il s'agit d'un «fake». De nombreux internautes contestent la véracité du document.

La RATP n'a pas encore certifié l'authenticité de la vidéo, «mais en apparence le document peut être considéré comme vrai», a confié la société de transports parisiens au site internet lePost.fr.

De plus, d'après un document du ministère de l'intérieur français, il y aurait bien eu une agression dans un bus Noctilien dans la nuit du 6 au 7 décembre 2008. Mais il n'existe pour le moment aucune preuve formelle qu'il s'agisse bien de l'agression montrée sur ces images.

atk/afp

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!