Irlande du Nord: Un policier tué par balle en Irlande du Nord
Actualisé

Irlande du NordUn policier tué par balle en Irlande du Nord

Un policier a été tué par balle lundi lors d'une embuscade à Craigavon, une localité au sud-ouest de Belfast, a annoncé le Service de Police d'Irlande du Nord.

L'attaque, dont la responsabilité n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, a été perpétrée dans le quartier à majorité catholique de Lismore Road à Craigavon. La patrouille effectuait une enquête sur des activités suspectes dans la localité, quand elle a essuyé des coups de feu, a précisé la police nord irlandaise.

Une femme politique catholique, Dores Kelly, a averti que l'Irlande du Nord pourrait connaître une nouvelle spirale de tueries si les extrémistes protestants - qui tuaient jusqu'au cessez-le-feu de 1994 des catholiques en réponses aux attaques de l'IRA contre les forces de sécurité - décidaient à leur tour de riposter à ces attaques d'éléments dissidents du camp républicain.

«Nous sommes au bord de l'abîme» a conclu Kelly, membre de la commission mixte catholiques-protestants qui supervise les forces de polices dans la province. «Cela ne sert à rien d'en appeler aux personnes qui ont planifié et perpétré cette attaque, estime la politicienne, mais nous devons tous réaliser que nous sommes au bord de quelque chose d'absolument affreux. Nous devons agir ensemble pour sortir de là. Nous ne pouvons pas laisser une poignée de gens qui n'ont rien à dire et rien à proposer détruire autant» a-t-elle affirmé.

Un homme politique protestant participant à la même commission, Basil McCrea, ne doute pas que ce nouvel attentat soit imputable à l'IRA-véritable.

La montée de la violence d'éléments dissidents pèse sur le Sinn Fein, la branche politique de l'IRA, qui a choisi de partager le pouvoir en Irlande du Nord avec ses anciens adversaires nationalistes protestants. Les protestants demandent aux dirigeants de Sinn Fein de franchir une étape pénible par rapport à leur ancien engagement, en informant la police sur où se cachent les éléments les plus durs de l'IRA-véritable, dans les quartiers catholiques de ce territoire britannique.

Pour le juriste Gerry Kelly, de Sinn Fein, un ancien poseur de bombes pour l'IRA à Londres et auteur d'une évasion restée mémorable dans l'histoire britannique, beaucoup de membres de base de l'organisation républicaine comprennent la nécessité de coopérer avec la police. Mais dénoncer des dissidents de l'IRA pour faciliter leur arrestation serait aller top loin. «Dans l'imaginaire républicain, c'est inimaginable» estime Kelly.

L'attaque contre le policier intervient deux jours après l'assassinat de deux soldats britanniques samedi soir à la caserne de Massereene (comté d'Antrim, au nord-ouest de Belfast), le premier depuis 1997. Un commando d'hommes armés a ouvert le feu à l'entrée principale de la caserne. Deux soldats britanniques ont été tués et deux autres blessés, ainsi que les deux livreurs qui leur apportaient des pizzas. L'attentat a été revendiqué par l'IRA-véritable, des dissidents de l'Armée républicaine irlandaise. (ap)

Ton opinion