Actualisé 23.03.2016 à 11:23

AllemagneUn politicien néo-nazi secouru par deux réfugiés

Stefan Jagsch, du parti allemand d'extrême droite NPD, a eu un grave accident de la route la semaine passée à Altenstadt (ouest). Des Syriens lui ont prodigué les premiers secours.

Le Parti national-démocrate (NPD) est une formation raciste, antisémite et révisionniste qui fait l'objet d'une procédure d'interdiction en cours d'examen par la justice allemande.

Le Parti national-démocrate (NPD) est une formation raciste, antisémite et révisionniste qui fait l'objet d'une procédure d'interdiction en cours d'examen par la justice allemande.

photo: Kein Anbieter/Twitter

Un responsable du parti néonazi allemand NPD, victime d'un accident de voiture, a été secouru par deux réfugiés syriens, rapportent mardi plusieurs médias allemands. Les deux sauveteurs sont toutefois partis avant l'arrivée des pompiers.

Le véhicule de Stefan Jagsch, tête de liste du NPD lors de récentes élections municipales à Altenstadt (ouest), est entré en collision frontale avec un arbre juste après avoir quitté la route mercredi dernier, rapporte le quotidien «Frankfurter Rundschau» en citant un pompier.

Grièvement blessé, il a été dégagé de la carcasse du véhicule et s'est vu prodiguer les premiers soins par deux réfugiés syriens qui circulaient alors par hasard dans deux autocars, a également indiqué un porte-parole des pompiers volontaires de Büdingen, cité par l'agence allemande Dpa.

Réfugiés qualifiés de «primates hors la loi»

Le Parti national-démocrate (NPD) est une formation raciste, antisémite et révisionniste qui fait l'objet d'une procédure d'interdiction en cours d'examen par la justice allemande. Insignifiant au niveau national, le NPD a obtenu ses plus gros scores électoraux dans certaines régions d'ex-RDA.

En janvier, Stefan Jagsch, 29 ans, avait participé à un rassemblement dans sa région au cours duquel les plus d'un million de réfugiés arrivés l'an dernier en Allemagne avaient notamment été qualifiés de «primates hors la loi», selon la «Frankfurter Rundschau». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!