Berne - Un politicien part en croisade contre un index levé
Publié

BerneUn politicien part en croisade contre un index levé

Les affiches qui, le dimanche de votations, invitent le souverain à aller aux urnes, sont désuètes. Selon un élu, il vaudrait mieux diffuser des messages sur d’autres canaux.

D’autres moyens de communication pourraient être mis en œuvre pour inciter les électeurs et électrices à voter.

D’autres moyens de communication pourraient être mis en œuvre pour inciter les électeurs et électrices à voter.

jbm

Dans de nombreuses communes, le dimanche de scrutin, fleurissent des panneaux avec un doigt levé. «Ils rappellent aux électrices et électeurs leur devoir civique, comme s’il s’agissait de remplir sa déclaration d’impôt», s’insurge Daniel Seiler, président du PLR Service public, dans le journal du parti à Berne.

Selon l’élu, «des messages plus positifs pourraient être véhiculés comme la valeur des droits que les citoyennes et citoyens du pays peuvent exercer en allant exprimer leur opinion en votant.» Dans son texte, Daniel Seiler établit un lien entre le doigt levé et le taux de participation électorale souvent faible. Il suggère que les municipalités devraient être davantage actives sur les réseaux sociaux, par exemple, pour inciter à aller voter.

Lancer le débat

Interrogé en ce sens, Daniel Kübel, politologue à l’Université de Zurich, ne voit pas de corrélation entre ce doigt levé et le faible taux de participation aux votes et élections: «Il n’existe aucune preuve scientifique démontrant que ce «doigt de rappel» motive ou décourage les votants à prendre part à un scrutin.» Selon lui, le facteur décisif est l’intérêt à la chose politique. Et cela dépend fortement de la formation. «La Suisse pourrait faire davantage à cet égard: donner aux jeunes les connaissances et compétences civiques importantes à l’école», poursuit le spécialiste.

«Je voulais lancer le débat» répond Daniel Seiler. «Ce qui importe c’est que le peuple ne soit pas uniquement sensibilisé à accomplir son devoir civique au moyen d’une affiche, mais également avec des moyens adaptés à notre temps comme la communication numérique.»

(dgr/ore/jbm)

Ton opinion