Actualisé 14.03.2016 à 14:17

SchaffhouseUn pompier veut achever un chat à l'agonie: plainte

Un homme du feu a frappé à la tête un animal blessé, pensant le tuer, fin février à Neuhausen. Mais la bête a survécu et été emmenée chez un vétérinaire, qui a porté plainte.

de
ced/ofu
La bête guérit rapidement. Son propriétaire ne s'est pas encore annoncé.

La bête guérit rapidement. Son propriétaire ne s'est pas encore annoncé.

photo: Kein Anbieter/DR

Un habitant de la localité schaffhousoise de Neuhausen a contacté les pompiers le 25 février dernier après avoir trouvé un chat blessé dans un local. Hannes*, personne proche des pompiers du coin et qui souhaite rester anonyme, raconte: «Le commandant a vu l'animal. Il pensait que la bête n'avait plus aucune chance de survivre. Il voulait la soulager de ses souffrances en lui donnant un gros coup sur la tête.»

Le chef des hommes du feu aurait alors déposé le chat, qu'il croyait mort, dans la buanderie de la caserne et aurait demandé à un collègue de bien vouloir évacuer le cadavre. Mais, lorsque le pompier a voulu s'en charger, il a eu toutes les peines du monde à retrouver l'animal. Ce n'est qu'après avoir fouillé la pièce de fond en comble qu'il a retrouvé la bête, qui s'était réfugiée dans un coin. Selon Hannes, l'animal a alors immédiatement été emmené chez un vétérinaire. Le diagnostic: malnutrition, pattes blessées et une grave blessure à la tête.

«Pourquoi ne l'a-t-il pas emmené chez le vétérinaire?»

Par chance, l'intervention rapide du médecin a permis de sauver le minet, qui est d'ores et déjà sur la voie de la guérison, a confirmé à «20 Minuten» la clinique animalière Rhenus à Flurlingen (ZH).

Selon Hannes, le commandant a très mal agi: «Je ne comprends pas pourquoi il n'a pas tout de suite amené l'animal chez le vétérinaire. Il ne disposait pas des connaissances nécessaires pour prendre une telle décision.» Un avis partagé par le vétérinaire, qui a fini par porter plainte contre le pompier. Cindy Beer, de la police schaffhousoise, confirme qu'une plainte a bel et bien été déposée et qu'une enquête a été ouverte.

Le chef des pompiers n'a pas été viré

«J'ai mal évalué la situation», regrette le chef, qui assure être désolé pour ce qui s'est passé. «Je pensais que le chat était grièvement blessé et qu'il allait mourir. Je voulais éviter qu'il souffre davantage. C'était une erreur. Je suis vraiment content que l'animal ait survécu», a-t-il confié à nos collègues alémaniques.

Reste que l'affaire n'est pas encore terminée pour lui. L'histoire a pris tellement d'ampleur que la commune s'est penchée sur le cas. «Nous avons pris une mesure concernant le personnel», explique le conseiller communal Dino Tamagni (UDC) sans expliquer ce qu'il entend par là. Le politicien agrarien s'est contenté de dire que le commandant n'avait pas été licencié et qu'il s'agissait d'un cas isolé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!