Un porno à la maison, 3 ans de prison

Actualisé

Un porno à la maison, 3 ans de prison

Le téléchargement et la détention de vidéos pornographiques qualifiées d'extrême et de violentes sera prochainement assimilé à un crime, en Angleterre.

Les personnes condamnées pourront écoper jusqu'à trois ans de prison.

«De tels supports n'ont pas leur place dans notre société mais, en raison de l'avènement d'Internet, ces données sont devenues facilement accessibles et les outils de contrôles sont complètement dépassés,» a observé mercredi Vernon Coaker, secrétaire d'Etat britannique à l'Intérieur. «Nous devons réagir pour contrer ce phénomène.»

Il a ajouté que la nouvelle loi concernera également la pornographie ayant trait à des actes zoophiles, nécrophiles et de viol.

Ce projet de loi s'inscrit dans la lignée d'une campagne menée par Liz Longhurst dont la fille âgée de 31 ans, Jane, a été retrouvée sans vie en avril 2003. La police avait arrêté Graham Coutts, affirmant qu'il avait étranglé cette enseignante avec une paire de collants. Il a été condamné en 2004 après que les procureurs eurent précisé au jury que Coutts était obsédé par des sites Internet prônant la strangulation.

Le Spanner Trust, organisation représentant les sadomasochistes qui s'adonnent de façon consensuelle à une pratique violente du sexe, s'insurge contre ce nouveau texte qui pourrait, selon lui, faire condamner des personnes innocentes. D'autres groupes ont affirmé que le texte allait à l'encontre de la liberté d'expression et de la liberté sexuelle.

Avant d'obtenir le statut de loi, le texte doit être approuvée par le Parlement, qui tranchera en octobre. (ap)

Ton opinion