Santé: Un portail web pour surveiller la grippe
Publié

SantéUn portail web pour surveiller la grippe

Des chercheurs suisses et italiens ont mis sur pied le volet national d'un système de surveillance participative de la grippe.

Le nouveau système serait plus efficace que le système Sentinella pour repérer l'évolution de la maladie.

Le nouveau système serait plus efficace que le système Sentinella pour repérer l'évolution de la maladie.

Keystone

Toute personne peut gratuitement et anonymement s'inscrire sur le site grippenet.ch, indique lundi l'Université de Genève (UNIGE). Le participant a répond à un court questionnaire chaque semaine afin de savoir s'il a souffert de symptômes pouvant s'apparenter à la grippe.

Les données récoltées depuis la mise en place de ce portail il y a un an permettent aux chercheurs de penser que ce «nouveau système pourrait s'avérer plus rapide et plus flexible» que celui d'évaluation épidémiologique de la grippe saisonnière (Sentinella). Ce dernier est basé sur les déclarations hebdomadaires des médecins.

Mieux comparer

Grippenet.ch «permet aussi des comparaisons internationales directes de l'évolution des épidémies grâce à sa compatibilité avec d'autres pays européens», explique Antoine Flahault, directeur de l'institut de Santé Globale de la Faculté de médecine de l'UNIGE, cité dans le communiqué. Le site a en effet été développé dans le cadre d'une initiative européenne à laquelle participent d'autres pays.

Il fournit par ailleurs des informations sur la grippe comme la vaccination, l'hygiène des mains ou les contacts avec des personnes malades. On peut aussi y consulter une carte de la Suisse avec les niveaux de grippe déclarés dans les différents cantons.

Meilleure prévention

«A terme, notre espoir est de mieux prévenir les dégâts qu'entraîne l'épidémie et de mieux en contrôler l'évolution aussi», précise Antoine Flahault. Durant l'hiver dernier, 342 personnes résidant en Suisse se sont prêtées à l'exercice. Le volet suisse de ce système a été adapté et implémenté en Suisse par des chercheurs de l'UNIGE, de l'ETH à Zurich, de l'EPFL à Lausanne et de Turin (I). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion