Actualisé 13.02.2017 à 12:31

SuisseUn potentiel énergétique sommeille sous les villes

Des chercheurs de l'EPFZ se sont aperçus que l'«effet d'île» créé par les villes représentait une source d'énergie à puiser.

Plus d'énergie pourrait être pompée du sol.

Plus d'énergie pourrait être pompée du sol.

Keystone

La chaleur s'accumule en ville et sous terre, plus qu'en campagne. Des chercheurs de l'EPF de Zurich ont montré que ces îles de chaleur souterraines représentaient un potentiel d'extraction d'énergie.

A 20 mètres sous terre à Zurich, il fait quelques degrés de plus qu'en dehors de la ville. Ce potentiel d'énergie n'a que peu été utilisé jusqu'à présent. Mais il est facile à coupler au réseau existant, rapportent les chercheurs autour de Peter Bayer et Jaime Rivera de l'Ecole polytechnique fédérale (EPF) de Zurich dans la revue scientifique Renewable Energy.

Grâce à «l'effet d'île», le potentiel pour l'utilisation de la chaleur terrestre est 40% plus élevé en ville qu'en campagne, selon les calculs du modèle des scientifiques. On peut la puiser avec la même installation que celle utilisée actuellement pour l'extraction de l'énergie géothermique, a indiqué l'EPFZ lundi.

Plus pour la géothermie

En zone urbaine, la chaleur s'accumule en surface et pénètre dans les souterrains par les routes, les caves et les égouts. Il en résulte une augmentation de chaleur par rapport au réservoir naturel de chaleur du sol.

Cet excédent implique soit qu'une plus grande quantité d'énergie peut être pompée du sol, soit que les trous de forage pour les sondes géothermiques peuvent être moins profonds, écrit l'EPF.

«Chaque degré supplémentaire à la surface de la Terre en zone urbaine signifie que les trous peuvent être quatre mètres moins profonds pour extraire la même quantité d'énergie», explique M. Rivera dans le communiqué. Normalement, l'installation est à 150 mètres sous terre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!