Valais – Un premier Bureau des hommes s’ouvre dans le Haut-Valais
Publié

ValaisUn premier Bureau des hommes s’ouvre dans le Haut-Valais

À l’instar d’autres structures alémaniques, un premier centre de consultation réservé à la gent masculine s’est ouvert dans la partie germanophone du Valais. Une première dans le canton.

Les bureaux des hommes ont pour vocation d’aider la gent masculine en difficulté.

Les bureaux des hommes ont pour vocation d’aider la gent masculine en difficulté.

Getty Images

Depuis un mois, le Haut-Valais s’est doté d’un centre de consultation réservé aux hommes. Unique dans le canton, celui-ci a été créé afin de les aider à trouver des réponses à leurs questions spécifiques et à relever les défis propres à la condition masculine. Les principaux objectifs du Männerbüro (Bureau des hommes) est de promouvoir le dialogue et la compréhension entre les deux sexes afin d’améliorer la coexistence et l’égalité des chances.

Cette nouvelle structure apporte un soutien au niveau de la gestion des conflits, de la conception des rôles et de son évolution, ainsi que du maintien d’un bon équilibre de vie. Les consultations peuvent concerner le travail, le couple et la famille, ou permettre d’éclaircir certains aspects en lien avec la séparation ou le divorce.

En réflexion pour le Valais romand

D’autres problèmes et questionnements ayant trait à la sexualité, au rôle de père ou à la violence peuvent également y être abordés. Le bureau, situé à Brigue, a pour but de proposer des solutions concrètes aux hommes qui s’adressent à lui.

«Une réflexion est en cours quant à l’ouverture d’un tel bureau dans le Valais romand», précise l’Office cantonal valaisan de l’égalité et de la famille. Il en existe déjà de nombreux en Suisse alémanique. Ailleurs en Suisse romande, certains hommes consultent dans des structures censées être réservées aux femmes. «Notre bureau reçoit aussi des hommes, puisqu’il n’y a pas d’équivalent pour eux dans le canton de Vaud, corrobore Christine Schwaab, présidente du Bureau information femmes. Ils représentent environ 5% de nos consultations.»

(FAZ/COMM.)

Ton opinion

4 commentaires