Tessin: Un prêtre cherchait à faire casquer les futurs mariés
Actualisé

TessinUn prêtre cherchait à faire casquer les futurs mariés

Deux couples se sont vu demander de l'argent par le curé qui devait les unir. Une pratique qui sort des règles.

par
David Maccabez

«Pour qu'on puisse se marier, le prêtre nous a demandé 500 francs. Nous étions sans voix», ont raconté Gabriele et Laura à «20 minuti». Et ils ne sont pas les seuls à avoir vécu cette mésaventure. Chiara et Patrick, eux aussi tessinois, étaient censés débourser 800 francs. Tous les quatre ont décidé de chercher un autre curé et une autre église.

L'histoire ne dit pas de quelle paroisse il s'agit, ni si la requête financière émane du même homme d'Eglise. Mais Mgr Valerio Lazzeri, évêque de Lugano, s'étonne: «Nous ne demandons pas d'argent pour les saints sacrements, assure-t-il. Si cela s'est passé comme ça, il va falloir prendre des mesures.» Le prélat explique toutefois que des émoluments peuvent être demandés pour l'utilisation des lieux, mais certainement pas pour les services des prêtres. Une position confirmée par le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.

«Certaines paroisses sont riches, d'autres tournent difficilement, explique sa porte-parole, Laure-Christine Grandjean. Les prêtres sont déjà payés, mais on peut leur faire une offrande.» L'évêché de Sion donne les mêmes explications et précise que «les fiancés sont aussi invités à faire une aumône le jour de leurs noces, en faveur de la paroisse ou d'une association caritative».

La pratique est similaire chez les protestants: «Il y a un coût pour la location de l'église et pour l'organiste. Ce montant est fixé par les cantons ou les communes, qui sont propriétaires des bâtiments», précise Paolo Mariani, porte-parole de l'Eglise réformée vaudoise. Il en va de même à Genève et à Neuchâtel.

Ton opinion