Actualisé 29.01.2019 à 14:43

Le VaticanUn prêtre harcelait une religieuse, il démissionne

Accusé d'avoir harcelé une ex-religieuse durant huit ans, le père autrichien Hermann Geissler a démissionné. Il nie les faits.

Une vue du Dôme de Saint Pierre au Vatican

Une vue du Dôme de Saint Pierre au Vatican

AFP

Un haut responsable d'un ministère du Vatican, accusé par une ancienne religieuse allemande d'avoir été trop pressant dans un confessionnal, a annoncé sa démission, selon un communiqué publié mardi par le Saint-Siège.

Le père autrichien Hermann Geissler a remis sa démission au préfet pour la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), garante des questions sur le dogme catholique, mais aussi chargée d'examiner des dossiers sur les abus sexuels du clergé. Il était l'un des trois chefs de bureau de la CDF.

Limiter les dommages

«Le père Geissler a pris cette décision pour limiter les dommages déjà causés à la Congrégation et à sa communauté», indique dans son communiqué la CDF. «Il affirme que l'accusation portée contre lui est fausse» et «se réserve le droit d'entamer une éventuelle poursuite au civil».

Au terme d'un procès canonique déjà terminé, le père Geissler avait reçu en 2014 un simple avertissement pour s'être montré plus que pressant envers une jeune religieuse, avait rapporté début décembre le quotidien français La Croix. A l'époque, il avait reconnu les faits, selon le journal.

Une vidéo de Doris Wagner

Doris Wagner, une philosophe et théologienne allemande de 34 ans, avait récemment raconté à Rome des agressions et autres abus subis au cours de huit années de vie religieuse. Elle avait diffusé la vidéo de son intervention sur les réseaux sociaux.

La religieuse allemande avait d'abord dénoncé un viol, commis par un prêtre en 2008, auprès du supérieur de sa communauté à Rome.

Elle avait ensuite subi des pressions d'un autre prêtre qui avait demandé à être son confesseur, en l'occurrence le père Geissler. «Il me gardait des heures, agenouillée devant lui, il me disait qu'il m'aimait et qu'il savait que je l'aimais et que même si on ne pouvait pas se marier, il y avait d'autres moyens», a-t-elle affirmé.

«J'ai paniqué et je suis partie en courant »

Un jour, «il a essayé de me prendre dans ses bras et de m'embrasser. J'ai paniqué et je suis partie en courant», a-t-elle raconté. Quand elle a demandé à changer de confesseur, sa supérieure a dit savoir que ce prêtre avait un «penchant» pour les jeunes femmes.

En 2012, après avoir abandonné la vie religieuse, elle a dénoncé les deux prêtres devant la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Son violeur, qui travaillait à la secrétairerie d'Etat du Saint-Siège, a été renvoyé du Vatican, mais reste prêtre dans une communauté où vivent «de nombreuses jeunes religieuses», a dénoncé Doris Wagner. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!