France: Un proche de Le Pen trahi par son compte Facebook
Actualisé

FranceUn proche de Le Pen trahi par son compte Facebook

BuzzFeed France a épluché le profil d'Alain Avello, membre du Conseil stratégique de campagne de Marine Le Pen. Dérapages et propos haineux à gogo.

par
joc
Alain Avello, ici avec Marine Le Pen en 2013.

Alain Avello, ici avec Marine Le Pen en 2013.

AFP/Getty Images

Le Conseil stratégique de la campagne de Marine Le Pen a été créé en novembre 2016 et compte 34 membres. Parmi eux, Florian Philippot ou Gilbert Collard, figures bien connues du grand public. Alain Avello est plus anonyme. Cet élu du Front national est le président du collectif Racine, composé d'enseignants qui soutiennent Marine Le Pen. Professeur de philosophie, il est également le vice-président du groupe FN du conseil régional des Pays de la Loire.

Pour en savoir plus sur ce personnage, BuzzFeed France a passé au peigne fin son compte Facebook. Les dérapages, propos haineux et commentaires racistes y sont légion. En février 2013 par exemple, Alain Avello évoque les Femen en des termes crus, les qualifiant de «putes dégénérées» à qui il faudrait «défoncer le crâne à coup de pompes».

En juin de la même année, un internaute écrivait que Christiane Taubira n'était pas son «truc». Ce à quoi Alain Avello a répondu: «Tu devrais essayer la zoophilie pourtant, c'est nice!»

La même année, l'élu FN publiait par ailleurs une image de croix celtique comme celles exhibées par les suprématistes blancs. Plus tôt, en avril 2012, l'élu FN commentait une photo de François Hollande entouré de jeunes gens: «La racaille au pouvoir!» Avant d'ajouter: «La diversité, voulais-je écrire».

Alain Avello affirme avoir été piraté: «Il apparaît que ces commentaires ont été publiés à partir de mon compte. Donc évidemment j'ai demandé de retirer toutes ces horreurs. N'importe quelle personne qui me connaît sait que je ne peux pas tenir de tels propos. Ce ne sont pas mes combats, a-t-il assuré. Etrange tout de même qu'un compte ait pu publier des commentaires à l'insu de son propriétaire pendant deux ans. D'autant plus que ces propos sont «likés» et ont reçu des réponses, ce qui entraîne l'envoi de notifications au propriétaire du compte.

«Je ne peux pas vous donner d'explication rationnelle (...) Mais j'ai eu plusieurs alertes me demandant de changer mon mot de passe», explique Alain Avello. Florian Philippot, numéro 2 du Front national, s'est contenté de répondre que c'était «n'importe quoi». Quant à Nicolas Bay, secrétaire général du parti d'extrême droite, il «n'imagine pas une seule seconde qu'Alain Avello ait pu tenir de tels propos».

Ton opinion