Actualisé 11.08.2017 à 13:32

Hong KongUn prodémocrate «enlevé» par des agents chinois

Alors que les agents chinois n'ont pas le droit d'intervenir à Hong Kong, le militant dit avoir subi des coups pour avoir voulu envoyer une photo de Messi à la veuve du dissident Xiaobo.

Howard Lam a montré à la presse des agrafes métalliques sur ses jambes et des marques rouges sur son ventre.

Howard Lam a montré à la presse des agrafes métalliques sur ses jambes et des marques rouges sur son ventre.

Keystone

Un militant d'un parti prodémocratie de Hong Kong a affirmé vendredi avoir été enlevé et battu par des agents chinois, après avoir fait savoir qu'il voulait envoyer une photo signée du footballeur Lionel Messi à la veuve du dissident chinois Liu Xiaobo.

Howard Lam, membre du Parti démocratique, a lancé ces accusations lors d'un point de presse au cours duquel il a montré des agrafes métalliques sur ses jambes et des marques rouges sur son ventre. Il s'est ensuite rendu à l'hôpital.

Crainte de la population de Hong Kong

Les agents chinois n'ont pas le droit d'intervenir dans l'ancienne colonie britannique repassée dans le giron de Pékin en 1997. Mais les enlèvements supposés à Hong Kong d'un milliardaire chinois au début 2017 et d'un libraire hongkongais en 2015, ont fait craindre que Pékin n'ait franchi cette ligne jaune. Hong Kong est une région semi-autonome qui jouit en théorie jusqu'en 2047 de libertés inconnues sur le continent. Mais de nombreux habitants craignent que Pékin ne soit en train d'y renforcer sa mainmise.

M. Lam a déclaré qu'il avait été enlevé jeudi alors qu'il faisait du shopping par des hommes s'exprimant en mandarin. Le cantonais est la langue officielle de Hong Kong alors qu'en Chine, le mandarin est parlé par la majorité. Il a précisé avoir été contraint à rentrer dans une camionnette. «Une fois dans la camionnette, il y a eu une lutte, j'ai crié et ils m'ont frappé à la tempe», a-t-il dit, en ajoutant avoir perdu connaissance après qu'on lui eut fait respirer quelque chose.

Agrafes dans les cuisses

Toujours selon son récit, les hommes lui ont planté des agrafes dans les cuisses. Après avoir à nouveau perdu connaissance, il s'est réveillé vendredi sur une plage du district reculé de Sai Kung, dans le nord-est de Hong Kong.

Lam Cheuk-ting, député du Parti démocratique, a dit que sa formation considérait que les ravisseurs étaient des agents du continent. «Je suis étonné», a-t-il dit à l'AFP. «Cela se produit encore et encore».

Le militant a ajouté avoir reçu mardi un coup de fil d'un homme prétendant s'exprimer au nom des autorités chinoises, lui demandant de ne pas envoyer de photo de Messi à la veuve du prix Nobel de la paix, Liu Xia.

Xiaobo mort fin juillet

Le prix Nobel Liu Xiaobo est décédé d'un cancer le 13 juillet en Chine, après avoir été placé en liberté conditionnelle pour raisons de santé. Pékin, accusé d'être responsable de la dégradation de son état de santé, a refusé de le laisser partir à l'étranger pour qu'il y soit soigné.

M. Lam, qui a porté plainte à la police hongkongaise, selon son parti, avait raconté sur sa page Facebook avoir reçu une photo portant l'autographe de la star de Barcelone, et destinée au prix Nobel.

D'après l'avocat de Mme Liu, celle-ci a disparu, ne contactant personne depuis le jour précédant la mort de son mari. L'avocat américain du couple a annoncé avoir porté plainte auprès des Nations unies. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!