Cinéma: «Un producteur m'a demandé si j'avalais»
Publié

Cinéma«Un producteur m'a demandé si j'avalais»

Zoe Kazan a fait des révélations sur l'envers du décor du métier d'actrice. Elle a expliqué que le harcèlement sexuel y était monnaie courante.

par
Cover Media

Zoe Kazan est une actrice a part entière de l'industrie d'Hollywood depuis près de 10 ans. On l'a notamment vue dans «Les Noces rebelles» de Sam Mendes, «Elle s'appelle Ruby» de Jonathan Dayton et Valerie Faris ou plus récemment dans «The Big Sick» de Michael Showalter.

Comme elle vient de le révéler au «Guardian», sa carrière, qui a de quoi faire rêver les jeunes, est aussi entachée d'expériences beaucoup plus sombres, de harcèlement sexuel. «J'ai beaucoup d'amies qui sont des actrices géniales et de nombreuses fois on a discuté de la nécessité de devoir entrer une pièce avec des yeux qui disent je vais te faire une fellation. Vous savez, flirter avec le réalisateur ou le producteur, raconte-t-elle au Guardian. C'est la sensation que votre sexualité est mêlée à tout ça. Ou il y a des auditions où on vous dit, «Porte quelque chose de moulant», et vous savez que vous êtes en train de vous faire mater.»

Zoe Kazan explique que c'est dur pour les femmes de se défendre dans ce genre de situation et qu'elles ont rarement assez confiance en elles pour le faire. Si l'actrice précise qu'on ne lui a jamais fait de proposition directe en plateau, cela n'a pas empêché les commentaires sexistes de fleurir, et ce alors qu'elle était en plein milieu de sa vingtaine. «J'ai un producteur qui m'a demandé si j'avalais ou pas. Au travail. Il disait «Oh mais c'est une blague hahah». Mais c'était aussi lui qui payait mon chèque et qui regardait quand je tournais une scène d'amour avec un autre acteur. Donc quand il m'a dit que j'étais belle, c'était une sensation différente», ajoute-t-elle.

Zoe Kazan précise que les jeunes actrices n'ont pas toujours accès au département des ressources humaines et n'osent pas forcément se tourner vers les syndicats. Elle rappelle d'ailleurs que le sexisme dénoncé régulièrement est bel et bien présent et que son petit ami Paul Dani n'a jamais eu le droit à des remarques lubriques de producteurs. «J'ai raconté à Paul ce qu'il se passait sur les plateaux de tournage et il a beaucoup de mal à le supporter. Ça l'agace. Et il n'a jamais eu à gérer ça», ajoute Zoe Kazan.

Ton opinion