Espagne: Un prof catholique avoue des abus sexuels
Actualisé

EspagneUn prof catholique avoue des abus sexuels

L'homme a admis une série de viols alors qu'il était filmé en caméra cachée par l'une de ses victimes.

Le scandale a éclaté dans un établissement géré par la congrégation des maristes de Barcelone.

Le scandale a éclaté dans un établissement géré par la congrégation des maristes de Barcelone.

photo: AFP/Illustration

Un troisième enseignant travaillant dans un établissement géré par la congrégation des maristes (catholique) de Barcelone a avoué des agressions ou viols de mineurs, dans une vidéo diffusée lundi, un des plus grands scandales de pédophilie ayant touché l'Espagne récemment.

«Je ne sais pas pourquoi je l'ai fait (...) c'était comme un jeu d'enfants», a dit cet homme à une victime venue lui réclamer des comptes et qui a filmé la scène en caméra cachée, avant de la diffuser sur le site en ligne du quotidien qui a révélé toute l'affaire, El Periodico de Catalogne (nord-est).

Selon le récit de l'homme victime, qui n'a pas été démenti par l'agresseur, celui-ci l'a violé des dizaines de fois dans les années 1980 quand il avait entre 8 et 14 ans.

Six enseignants accusés

Les faits se sont produits dans l'école mariste de Les Corts, un quartier de Barcelone, épicentre du scandale qui a éclaté début février avec la confession dans le journal d'un prof de sports ayant abusé de ses élèves. Les aveux de l'enseignant précédaient sa comparution devant une juge enquêtant sur les plaintes déposées par cinq familles.

L'article a déclenché 29 plaintes visant six enseignants de trois écoles gérées par la congrégation début mars. Au moins deux sont des religieux, selon El Periodico.

L'affaire a amené l'archevêque de Barcelone, Juan José Omella, à demander pardon. La congrégation, elle, assure n'avoir rien su de ces soupçons auparavant et avoir suivi le protocole en mettant à pied le sous-directeur mis en cause.

Peu de scandales de cette nature ont été révélés jusqu'à présent en Espagne.

En 2014, un ancien enfant de choeur a également dénoncé des sévices, à Grenade (Andalousie, sud), une affaire suivie personnellement par le pape François, qui veut imposer la «tolérance zéro» dans ces affaires. Une douzaine de personnes avaient été mises en cause, mais pour des raisons de prescription, seul un suspect pourra être poursuivi. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion