Egalité entre hommes et femmes: Un projet pour éliminer les discriminations salariales
Actualisé

Egalité entre hommes et femmesUn projet pour éliminer les discriminations salariales

L'égalité salariale entre femmes et hommes doit être effective. La Confédération et les partenaires sociaux ont lancé lundi à Berne à cet effet le «Dialogue sur l'égalité des salaires».

Lors d'une conférence de presse, le conseiller fédéral Pascal Couchepin a critiqué les discriminations qui subsistent encore.

Depuis début mars, les entreprises suisses ont la possibilité d'adhérer au «Dialogue sur l'égalité des salaires». Pour ce faire, la direction de l'entreprise signe une convention individuelle avec le syndicat compétent ou la représentation des travailleurs de son choix. Elle s'engage à vérifier si son système de rémunération comporte d'éventuelles discriminations salariales et à mettre en oeuvre des actions correctives. Le contrôle se fait sur une base volontaire, selon des modalités simples et peu coûteuses. La Confédération met à disposition un logiciel.

Le projet doit durer cinq ans et donnera lieu à un bilan intermédiaire au bout de deux ans. Il pourra également être prolongé jusqu'en 2016 si cela est nécessaire. Pascal Couchepin a souligné qu'en Suisse, le système salarial est souvent peu transparent et qu'il s'agit-là d'un très bon instrument pour lutter contre les discriminations. Directeur de l'Union patronale suisse, Thomas Daum a pour sa part parlé de pas constructif sur le chemin de l'égalité salariale.

Le conseiller national Paul Rechsteiner (PS/SG), président de l'Union syndicale suisse, s'est également montré satisfait, relevant qu'il s'agissait de résoudre enfin un vieux problème. Président du syndicat Travail.Suisse, Martin Flügel, estime que le projet est un test pour le partenariat social.

Peu de changement depuis 1981

Le «Dialogue sur l'égalité des salaires» a été lancé conjointement par les associations faîtières patronales et syndicales, avec le Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes, l'Office fédéral de la justice et le Secrétariat d'Etat à l'économie. Ces instances ont signé une convention de partenariat par laquelle les associations patronales et syndicales s'engagent à user de leur influence pour inciter les entreprises à participer au dialogue.

L'égalité salariale entre femmes et hommes pour un travail équivalent est inscrite dans la Constitution fédérale depuis 1981. Vingt-huit ans après l'inscription dans la constitution du droit à l'égalité entre hommes et femmes, ces dernières gagnent encore près de 20 % en moyenne de moins, a relevé M. Couchepin. Le gouvernement juge cette discrimination «problématique et injuste tant pour les intéressées que pour les entreprises qui respectent la loi». La loi fédérale sur l'égalité entre femmes et hommes, qui est entrée en vigueur il y a 13 ans, prévoit des allégements procéduraux pour faciliter la mise en oeuvre de ce droit. Malgré tout, note le Bureau fédéral de l'égalité, la situation sur le terrain n'a guère changé et les travailleuses gagnent moins que leurs collègues masculins dans bon nombre d'entreprises.

AP/ATS (ap)

Ton opinion