Nyon (VD): Un psy doit répondre du suicide d'un patient
Actualisé

Nyon (VD)Un psy doit répondre du suicide d'un patient

Un homme dépressif s'était donné la mort 24 heures après son admission dans une clinique spécialisée. Le Tribunal devra décider si les risques avaient bien été évalués.

Les médecins ont été jugés au Tribunal d'arrondissement de La Côte, à Nyon.

Les médecins ont été jugés au Tribunal d'arrondissement de La Côte, à Nyon.

Homicide par négligence et exposition à un danger d'une personne hors d'état de se protéger elle-même. Les charges qui pèsent contre un psychiatre de l'hôpital de La Métairie, à Nyon, ainsi que sur le directeur médical de la clinique spécialisée sont lourdes. Mercredi, ils comparaissaient devant le Tribunal de La Côte pour répondre du suicide, en 2008, d'un patient de l'institution, rapporte la «Tribune de Genève».

Les faits se sont produits 24 heures après l'admission du patient, hospitalisé sur conseil de son médecin traitant pour un délire de culpabilité. L'homme, proche de la retraite, avait trouvé la mort sur les voies de chemin de fer, voisines de La Métairie. La famille avait alors déposé une plainte. Habituellement, celles-ci sont classées, rappelle le quotidien. Mais dans ce cas précis, le Parquet a souhaité qu'un tribunal se positionne.

L'évaluation des risques de passage à l'acte est au cœur du dossier. Un expert judiciaire estime qu'elle n'a pas correctement été faite lors de l'accueil du patient. Un expert privé, mandaté par la défense, conclut, lui, que rien ne permettait de poser un diagnostic définitif. Les deux accusés ont expliqué qu'il était difficile de déterminer l'état d'un malade à son entrée en clinique. Leurs avocats ont plaidé l'acquittement. Le Ministère public a demandé à ce que le psychiatre soit condamné à 210 jours-amende avec sursis, le directeur médical à 270 .

Le verdict sera rendu ultérieurement.

(20 minutes)

Ton opinion