17.09.2020 à 05:42

Bulle (FR)Un radar antibruit, mais il ne pourra pas y avoir d’amende

Le Canton et le TCS mettent en place un dispositif de sensibilisation au bruit du trafic routier déjà essayé à Genève.

de
Yannick Weber
Canton de Fribourg

Après Genève, Bulle. Le Canton de Fribourg s’est associé avec le TCS pour installer, dans une rue, un radar «antibruit». Celui-ci, de la même manière que certains panneaux qui indiquent aux conducteurs qu’ils vont trop vite avec des sourires verts ou rouges, a un but uniquement préventif: il n’y aura pas de flash, ni d’amende (lire encadré).

La limite a été fixée à 83 décibels, «ce qui représente environ le volume sonore dans une rue où la circulation est dense, ou dans une cantine scolaire», note l’État de Fribourg. En dessous, un «Merci» en vert sera affiché. Au-dessus, le message «Bruit!» en rouge avertira le conducteur qu’il est sans doute en train de déranger son environnement social, pour autant que ça l’intéresse la moindre. «Depuis plusieurs années, le bruit excessif de certains véhicules, qu’il émane de modifications ou de la conduite inappropriée de leur propriétaire, est à l’origine de nombreuses plaintes et doléances de la population», constate l’État de Fribourg.

Cet appareil pourrait avoir un potentiel pour épargner un peu les tympans des habitants. Pas du tout comme celui qui avait été testé dans le canton de Saint-Gall. Là-bas, un appareil du même type avait été installé. Il mesurait également le bruit des véhicules, mais avec une jauge qui montait et descendait au passage des véhicules qui l’approchaient. Résultat: les excités de la pédale et du bruit de moteur, trépidant devant le joujou, s’amusaient à faire monter la jauge et se mesuraient les uns aux autres pour déterminer qui avait la plus grosse.

À Saint-Gall, une idée similaire avait fait un gros fail. L’appareil avait rapidement été ôté.

À Saint-Gall, une idée similaire avait fait un gros fail. L’appareil avait rapidement été ôté.

On n’a pas la base légale

L’action de sensibilisation fribourgeoise s’inscrit en complément des actions de répressions de plus en plus souvent menées par la police. Mais cette dernière ne peut que sanctionner un comportement inadéquat chez les conducteurs, par exemple des accélérations bruyantes et inutiles, ou des modifications techniques apportées au véhicule pour que celui-ci soit le plus insupportable possible pour les riverains des routes qu’il aura le loisir d’emprunter. En revanche, les radars antibruit ne peuvent pour l’heure pas aboutir à des amendes, car la loi ne l’autorise pas. Une intervention a été déposée au Parlement fédéral par la conseillère nationale Gabriela Suter (PS/AG) pour remédier à cette assourdissante lacune.

Démonstration de l’installation dans les rues de Genève:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
110 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jimmy Gassyon

17.09.2020 à 09:37

A Rome, fais comme les Romains. Je me comprends.

100e commentaire

17.09.2020 à 09:34

Le 100e, c'est le mien !

Jean Duvoyage

17.09.2020 à 09:33

Je sors m'amuser que le soir. J'ai encore le droit de conduire comme je veux, oui !