Actualisé 14.07.2007 à 13:56

Un raid aérien tue au moins quinze insurgés en Afghanistan

Sangsar - Une quinzaine d'insurgés ont péri en Afghanistan lors de raids aériens dans le sud-ouest du pays, a annoncé samedi le contingent canadien sous commandement de l'OTAN.

La résistance des talibans apparaît toutefois de plus en plus farouche.

Un haut responsable des forces armées canadiennes a déclaré que ses hommes avaient tendu une embuscade aux talibans autour du village de Sangsar, au sud de Kandahar, avant d'ordonner des frappes aériennes directement sur les insurgés qui tentaient de s'enfuir.

Les soldats canadiens, placés sous les ordres de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), ont agi à l'aube, protégés encore par l'obscurité. En rampant dans des vignes, des champs de pavot et de marijuana, les militaires se sont rapprochés discrètement de Sangsar, village soupçonné de servir de camp de retranchement aux insurgés.

«Cette attaque a été menée encore une fois dans le but de limiter l'influence des taliban sur l'autoroute numéro un», a indiqué le commandant en charge de l'opération, Dave Quick. Il faisait référence à la principale route sillonnant le sud de l'Afghanistan.

Les soldats ont ouvert le feu aux premières heures du jour, aidés par la lumière, obligeant les 60 insurgés à battre en retraite sur une ligne de position, déjà occupée par d'autres membres de l'ISAF.

Sept civils décapités

«Nous étions en contact permanent et nos forces aériennes ont touché à huit reprises la position des talibans à l'aide de bombes», a indiqué le commandant Quick, précisant qu'au moins quinze insurgés avaient été touchés. Les forces de l'OTAN affrontent depuis 2001 une farouche résistance des insurgés, écartés du pouvoir à Kaboul et dans la moitié des provinces d'Afghanistan.

Un reponsable des services de renseignement afghan a rapporté que des insurgés avaient décapité samedi sept civils accusés d'espionnage. Il a précisé que ces exécutions avaient eu lieu dans tout le pays, mais surtout dans le Sud.

«Les talibans font pression sur les civils pour gagner des soutiens», a-t-il déclaré. «Quand ces gens sont capturés, ils sont d'abord torturés, puis décapités.»

Par ailleurs, dans la province de Helmand, une patrouille conjointe de la police et de la coalition est tombée vendredi dans une embuscade tendue par «un groupe de plus de 15 combattants» près de la localité de Sangin, et dans la fusillade qui a suivi, plusieurs talibans ont été tués et blessés, selon la coalition. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!