«Welcome»: Un récit militant teinté de romantisme
Actualisé

«Welcome»Un récit militant teinté de romantisme

Philippe Lioret livre un film engagé sans fausses notes. Si les réfugiés sont au centre du débat, l'amour est le moteur du film.

par
Winnie Covo

Simon est Français. Ancien champion olympique, il est maître nageur à la piscine de Calais. Il aime encore sa femme, mais se résigne à signer les papiers du divorce. Bilal, lui, est Kurde, né à Mossoul en Irak. Après quatre mois de voyage, il arrive à Calais, bien décidé à gagner Londres où vit Mina, la femme qu'il aime. Sa décision est prise: il traversera la Manche à la nage. Il prend alors des cours de natation auprès de Simon.

A la suite d'une réflexion de son ex-compagne, l'ancien champion s'engage alors auprès du jeune réfugié, et c'est par attachement que ce dernier convoite l'Angleterre. Les deux hommes n'ont rien en commun, si ce n'est l'amour qu'ils portent aux femmes de leur vie. Sentiment qui se fait le vecteur de leur existence.

Philippe Lioret signe un film engagé, critique violente mais habile à l'égard du gouvernement français, où la réalité l'emporte sur nos illusions. Ce sont d'abord les gardes-frontière et la police qui rejettent l'autre. Puis ce sont les voisins qui deviennent délateurs, et la municipalité qui sanctionne celui qui viendra en aide aux réfugiés. Constat accablant qui fait de «Welcome» un film immanquable.

Vincent Lindon est irréprochable et s'engage à fond dans ce récit de deux hommes guidés par l'amour. L'un est né en France, l'autre pas.

«Welcome»

De Philippe Lioret, avec Vincent Lindon, Firat Ayverdi et Audrey Dana.

****

Ton opinion