Actualisé 19.10.2017 à 14:09

Football - Champions LeagueUn record, un but-gag et des larmes

Mile Svilar a vécu une soirée assez incroyable, mercredi, pour ses débuts européens avec le Benfica face à Manchester United (0-1).

von
rca

A 18 ans et une cinquantaine de jours, le portier belgo-serbe, formé notamment à Anderlecht, a battu un record, mercredi. Celui du plus jeune gardien aligné en Champions League depuis un certain Iker Casillas. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le portier de 1m89 est passé par tous les états d'âmes, pour ce qui n'était que le deuxième match professionnel de sa jeune carrière.

Il faut dire qu'il y a plus simple qu'une rencontre de Champions League au Stade de la Luz face à Manchester United pour faire ses débuts européens. Mais comme le club lisboète est en difficultés avec ses derniers remparts, le coach Rui Vitoria a choisi de lancer Svilar. L'international juniors des... «Diables rouges» (enfin, les Belges) a réussi une partie de haut niveau, avant d'encaisser un but-gag sur un coup franc lointain de Marcus Rashford.

Trop avancé au moment du tir, Svilar a dû revenir sur ses pas pour capter le cuir. Sauf qu'il est allé trop loin, que la montre de l'arbitre a vibré et que le troupe de José Mourinho s'est imposée 0-1 grâce à ce but pour le moins étonnant. Inconsolable à la suite de cette boulette qui condamne quasiment les siens dans la compétition, le dernier rempart s'est excusé devant ses supporters avec les larmes aux yeux, au terme de la rencontre.

Le jeune cerbère a heureusement vite été consolé par son compatriote et néanmoins adversaire Romelu Lukaku. Il pourra aussi sécher ses larmes en écoutant les compliments de José Mourinho en conférence de presse d'après-match. «Le gardien de Benfica a fait une erreur sur le but, mais c'est un phénomène, a assuré le coach de ManU. Seuls les gardiens qui prennent des risques encaissent des buts de ce genre.»

Rasséréné après la rencontre, Svilar, lui, a promis de vite rebondir. «Je pense que j'aurais pu mieux faire sur le but mais je ne peux pas changer ce qu'il s'est passé, a-t-il dit. Ça ne m'affecte pas, je suis préparé mentalement pour ce genre de choses. Ça fait partie de mon développement. Ça ne sert à rien de revenir là-dessus, je pense que j'ai la confiance de l'entraîneur et de l'équipe.» Costaud, quand on est tout juste majeur.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!