Genève: Un référendum contre la hausse des tarifs TPG
Actualisé

GenèveUn référendum contre la hausse des tarifs TPG

La formation Ensemble à gauche a lancé le texte mardi. Le MCG soutient la proposition.

photo: Keystone/Archives

Ensemble à gauche a décidé de lancer un référendum contre la hausse des tarifs des Transports publics genevois (TPG) qui a été décidée le mois dernier par le Grand Conseil genevois. La coalition politique dispose de 40 jours pour récolter environ 7400 signatures.

Le Mouvement citoyens genevois (MCG) a apporté son soutien au référendum. Le parti socialiste doit quant à lui se prononcer la semaine prochaine, a relevé mardi Pierre Vanek, responsable à Solidarités. Pour Ensemble à gauche, l'augmentation des tarifs votée par les députés est «un hold-up antidémocratique et antisocial».

Volonté populaire

La gauche de la gauche rappelle que les Genevois ont dit deux fois oui à une initiative de l'AVIVO qui a abouti à une baisse des prix des billets et des abonnements des TPG. Une majorité du Grand Conseil est allée «à contre-courant» de la volonté populaire et a cherché «sa revanche» en acceptant cette hausse des tarifs.

La hausse des tarifs votée par les députés vise, selon les partisans de cette mesure, à compenser le manque à gagner résultant de l'acceptation par les Genevois de l'initiative de l'AVIVO en 2014. Sans augmentation du prix des billets et des abonnements, les TPG devraient encore diminuer leurs prestations à l'avenir.

Argument rejeté

Cet argument est rejeté par Ensemble à gauche. Selon les référendaires, «les prestations des TPG ont été volontairement dégradées par les autorités pour faire payer aux électeurs leur oui à l'initiative», plutôt que de s'engager à augmenter la subvention à l'entreprise de transports publics.

Lors des débats au Grand Conseil, d'ailleurs, les socialistes, Ensemble à gauche et le MCG, soutenaient une hausse plus modérée des tarifs, assortie d'une augmentation plus importante de la subvention que le canton accorde aux TPG. Les amendements que ces partis ont défendus ont toutefois été écartés par une majorité de députés. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion