Association de défense des chômeurs: Un référendum menace la révision de la loi sur l'assurance-chômage
Actualisé

Association de défense des chômeursUn référendum menace la révision de la loi sur l'assurance-chômage

L'Association de défense des chômeurs (ADC) de La Chaux-de-Fonds lancera un referendum si la révision de la loi fédérale sur l'assurance chômage est acceptée.

Le comité de l'ADC a dévoilé ses intentions mercredi lors d'une conférence de presse à Neuchâtel. Le referendum sera lancé pour autant que le Conseil national confirme en septembre la réforme de la loi, telle qu'elle a été adoptée le 6 juin par le Conseil des Etats, a indiqué Virginie Rochat, membre de l'ADC.

«Nous sommes mieux préparés qu'en 1997 à l'organisation d'un referendum», a-t-elle ajouté. Cette année-là, l'ADC avait surpris son monde en lançant avec succès un referendum national victorieux contre la baisse des indemnités de chômage, malgré l'absence de soutien de la part des partis de gauche et des syndicats.

Comité référendaire

Selon Virginie Rochat, l'ADC a formé un comité référendaire avec deux associations qui se consacrent aussi à la défense des chômeurs. Il s'agit de l'IGA de Bâle-Ville (Interprofessionelle Gewerkschaft der ArbeiterInnen) et du KABBA de Berne (Komitee der Arbeitslosen und Armutsbetroffenen).

D'autres associations similaires vont participer au mouvement. Selon l'ADC, celles-ci ont prévu des réunions dans toute la Suisse prochainement pour décider de leur adhésion au comité référendaire. L'ensemble des groupes opposés à la révision de la loi sur l'assurance chômage se réunira en assemblée générale le 10 août à Bienne.

Au dépens des jeunes

«Lutter contre le chômage au lieu de lutter contre les chômeurs». Le slogan invoqué en 1997 reste d'actualité en regard de la révision en préparation devant les Chambres fédérales, a indiqué pour sa part Henri Oppliger, membre de l'ADC. Selon lui, le projet adopté par le Conseil des Etats est catastrophique pour les jeunes.

Ces derniers ne pourront plus faire valoir les périodes de cotisations souscrites dans le cadre des mesures d'insertion professionnelle pour prétendre à des indemnités de chômage. Selon l'ADC, la prolongation de la durée de cotisations et du délai de carence va toucher également les personnes en emploi temporaire.

Imprévoyance

Pour l'ADC, les parlementaires ont créé eux-mêmes les milliards de déficit programmés pour l'an prochain dans l'assurance chômage. La dernière révision de la loi, qui s'est traduite par une baisse des cotisations, a empêché la constitution de réserves qui seraient aujourd'hui bienvenues.

De son côté, le Grand Conseil neuchâtelois a fait écho aux préoccupations de l'ADC lors de sa session de mercredi. Il a adopté en urgence sans opposition une motion demandant au gouvernement cantonal d'étudier les moyens de «s'opposer au démantèlement prévu par la révision de la loi fédérale sur l'assurance chômage».

Soutien du gouvernement

Le conseiller d'Etat Frédéric Hainard ne s'est pas opposé à l'adoption de la motion. Il a rappelé le déficit de 10 milliards de francs programmé pour 2010 dans l'assurance chômage. Selon lui, le projet de révision en cours représente un transfert de charges de 8 millions de francs pour le canton de Neuchâtel. (ats)

Ton opinion