«Les trois prochains jours»: Un remake sans saveur
Actualisé

«Les trois prochains jours»Un remake sans saveur

Avec «Les trois prochains jours», Paul Haggis signe un film d'action efficace, qui est aussi – hélas – un remake sans panache malgré la présence de Russell Crowe

par
Fred Ferrari

Au départ était un film de Fred Cavayé, «Pour elle», avec Vincent Lindon dans le rôle d'un quidam qui tente tout pour faire évader sa femme (Diane Kruger) condamnée à tort pour meurtre. Quitte à fricoter avec les milieux de la pègre et à en prendre plein la figure, il va organiser l'évasion du siècle, avec un coup d'accélérateur quelques jours avant la date fatidique.

Paul Haggis à l'étroit

«Les trois prochains jours» est, peut-on lire au générique, «écrit et réalisé par Paul Haggis». Certes, le film américain dure une demi-heure de plus que l'original français, mais les ajouts censés donner de l'épaisseur aux personnages ne changent rien à la donne: «Les trois prochains jours» reste un remake pur et simple: on revoit quasi littéralement le film d'origine. Du coup, comme coincé aux entournures par un scénario très contraignant, Haggis n'arrive pas à insuffler la même originalité que dans ses propres scénarios («Collision»). Il a juste le savoir-faire nécessaire pour mettre en scène un film d'action bien léché avec une grande star. Plaisant, mais oubliable.

«Les trois prochains jours»

De Paul Haggis. Avec Russell Crowe,

Elizabeth Banks

Sortie le 5 janvier 2011.

**

Hollywood toqué de films français

Il y a eu «The tourist», remake d’«Anthony Zimmer», ou la version yankee (inédite chez nous) du «Dîner de cons». Il devrait y avoir une version américaine de «La doublure», «Narco», «LOL» ou encore «Grosse fatigue». Mais pourquoi cet engouement soudain pour les films français? Parce que la qualité des scénarios s’est améliorée et que le remake permet de passer l’obstacle d’un public américain allergique aux sous-titres? Oui. Mais pas seulement. Nos voisins font de plus en plus circuler des catalogues de titres «remakables» à des tarifs concurrentiels de cession des droits. Ils ont aussi organisé le premier «Remakes Markets» à Los Angeles en novembre dernier.

Ton opinion