Actualisé 05.12.2007 à 21:05

Un renifleur traque les films piratés mis en ligne

Police. Le logiciel peut repérer une image fantôme insérée dans
les films au cinéma.

Le géant japonais de l'audiovisuel NHK a dévoilé un système de marquage des films. Le dispositif repère les contenus captés en salle ou à la TV par un camescope dès qu'ils sont illégalement distribués sur le net.

Le système intègre un signal fantôme dans les images diffusées au cinéma ou à la télévision. Ce signal invisible à l'œil nu est enregistré à l'insu du pirate par une caméra numérique. Quand l'œuvre copiée est convertie en fichiers et proposée sur le web, elle est automatiquement détectée par un logiciel balayant le réseau. «Même si une partie seulement des images est mise en ligne ou si des copies analogiques ou numériques sur DVD ou cassettes sont réalisées, le marquage résiste. Il peut être repéré», ont souligné la NHK et le groupe japonais Mitsubishi Electric.

En cas de piratage d'un film en salle, l'outil peut retrouver le lieu où le forfait a été commis, et même la séance concernée. Le marquage intégrant ces données est inséré au moment de la projection par un système numérique au lieu d'être inscrit directement sur le support contenant le film. Le piratage d'œuvres audiovisuelles au cinéma ou à la télévision est en hausse du fait de l'augmentation incessante des débits d'accès à internet et de la haute qualité d'enregistrement des camescopes numériques. Ce phénomène, contre lequel il est techniquement extrêmement difficile de lutter, met à mal le secteur du cinéma et le marché des DVD vidéo.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!