Un réseau d’escroquerie aux diamants démantelé 
Publié

France Un réseau d’escroquerie aux diamants démantelé

Plus d'un millier de victimes ont acheté des diamants de manière fictive, mais n'ont jamais revu leurs fonds. Le préjudice total est estimé à 32,5 millions de francs.

(photo d’illustration) 

(photo d’illustration)

Getty Images

Plus de 800 diamants cachés sous un lit et 1200 victimes recensées: un réseau d’escroquerie franco-israélien spécialisé dans les investissements frauduleux dans les diamants a été démantelé par la police française après plusieurs années d’enquête, a-t-elle indiqué mercredi. L’enquête a démarré en 2017 avec des investigations qui ont permis de «mettre à jour un réseau d’escrocs piloté depuis Israël, dont la spécialité est la création de plateformes Internet proposant des investissements frauduleux dans le diamant», ont expliqué mercredi les autorités françaises.

Diamants fictifs

Au total, 27 personnes ont été inculpées et plus de 1200 victimes françaises ont été identifiées. Le préjudice global de l’escroquerie est estimé à plus de 30 millions d’euros (environ 32,5 millions de francs) et 4,5 millions d’euros d’avoirs criminels – principalement des espèces et des comptes bancaires – ont été saisis. Les escrocs démarchaient les victimes pour leur «faire acheter de manière fictive des diamants, pas pour le bijou, mais pour le placement», détaille la commissaire en charge du dossier. «La plupart des gens ne voient jamais le diamant, ils le choisissent sur internet de manière virtuelle» en pensant «qu’il est conservé par les escrocs et qu’il prend de la valeur au fil du temps.»

Personne ne répond

Un schéma classique dans ce type d’escroquerie: les malfaiteurs «vous proposent d’investir dans tel ou tel produit, ça peut être des diamants, des places de parking, du whisky... en vous promettant des rendements attractifs. Et quand vous voulez retirer vos fonds et vos plus-values, plus personne ne vous répond.» En 2019, après une première vague d’arrestations en France, des auditions et perquisitions en Israël permettent aux enquêteurs de découvrir «sous le lit d’un des mis en cause plus de 800 diamants», pour un poids total de 27 kilos et une valeur estimée entre 500’000 et un million d’euros. Leur valeur est «bien inférieure aux sommes versées par les victimes», précise la commissaire.

Réseau de blanchiment

Les enquêteurs français se sont rendus la semaine dernière en Israël pour récupérer les pierres qui seront restituées aux victimes. L’enquête a aussi permis de démanteler le circuit de blanchiment utilisé. «Les fonds virés par les victimes passaient de compte en compte jusqu’à arriver en Chine et à Hong Kong», raconte la commissaire. Ensuite, «des commerçants chinois peu scrupuleux, établis en France, remettaient en espèces au réseau franco-israélien la compensation de ce virement reçu en Chine», explique-t-elle.

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires