16.02.2017 à 10:36

Italie

Un resto fait un rabais aux parents d'enfants sages

Un restaurateur italien a accordé une ristourne à des clients dont les bambins ont eu un comportement exemplaire. Il se défend de tout coup de pub et pense à récidiver.

de
joc
Les clients ont bénéficié d'une ristourne de 13 euros grâce à leur progéniture.

Les clients ont bénéficié d'une ristourne de 13 euros grâce à leur progéniture.

Antonio Ferrari, propriétaire d'une oenothèque à Padoue, fait beaucoup parler de lui en Italie. Et son idée pourrait bien faire des émules dans le milieu de la restauration. Dimanche, l'homme a reçu dans son établissement une grande tablée de onze personnes, six adultes et cinq enfants d'environ 4 à 6 ans. Après avoir fini de manger, les bambins sont restés très calmes, s'occupant avec des coloriages et des feuilles de calculs qu'ils avaient emportés depuis la maison.

Leurs parents ont donc pu terminer leur repas tranquillement et déguster des vins sans devoir faire la police. Aucune tablette, aucun smartphone ne se trouvait sur la table. Seulement des stylos, des marqueurs et des feuilles. Impressionné par le comportement exemplaire des petits, Antonio Ferrari a décidé de récompenser leurs parents en leur faisant une ristourne. Sur l'addition, le restaurateur a en effet ajouté une ligne avec la mention: «Rabais enfants éduqués».

Aucun jugement

Interrogé par le «Corriere della Sera», l'Italien explique que cette idée ne vient pas de lui, mais qu'il l'a piquée à un restaurant de Miami (Floride). Le restaurateur se défend d'avoir voulu faire le buzz: «Mais non, j'ai agi par instinct! C'était un spectacle tellement beau de les voir interagir à cette table, avec tant de calme (...) Je n'ai pas osé leur faire de compliments parce que c'était la première fois qu'ils venaient, alors j'ai opté pour un rabais», explique Antonio.

Flattés par le geste du patron, les clients ont laissé un pourboire de 30 euros aux serveurs. Le restaurateur pourrait répéter son geste à l'avenir, mais veut absolument éviter de faire passer sa démarche pour de la publicité ou une offre commerciale. «Je ne veux pas non plus passer pour celui qui juge les autres, parce que j'imagine combien cela peut être difficile d'être parents aujourd'hui», ajoute Antonio.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!