06.08.2020 à 18:41

Explosions à BeyrouthUn Russe interrogé sur le stock de nitrate d’ammonium

Les produits chimiques qui ont explosé mardi dans le port de Beyrouth y sont arrivés il y a six ans à bord d’un cargo russe de location en très mauvais état qui n’aurait jamais dû accoster dans la capitale libanaise.

1 / 3
Le Rhosus transportait alors 2750 tonnes de nitrate d’ammonium de la Géorgie vers le Mozambique.

Le Rhosus transportait alors 2750 tonnes de nitrate d’ammonium de la Géorgie vers le Mozambique.

Selon plusieurs médias, dont le New York Times, Igor Gretchouchkine avait loué le bateau, forcé d’accoster à Beyrouth en raison d’un trou dans sa coque.

Selon plusieurs médias, dont le New York Times, Igor Gretchouchkine avait loué le bateau, forcé d’accoster à Beyrouth en raison d’un trou dans sa coque.

Selon le site Marine Traffic, le bateau est arrivé le 20 novembre 2013 et n’est jamais reparti. Il avait rencontré des problèmes techniques.

Selon le site Marine Traffic, le bateau est arrivé le 20 novembre 2013 et n’est jamais reparti. Il avait rencontré des problèmes techniques.

La police chypriote a indiqué jeudi avoir interrogé un Russe après la publication d’informations liant cet individu au bateau qui avait transporté les 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dont l’explosion a dévasté Beyrouth. «Les autorités libanaises nous ont demandé de localiser cet individu et de lui poser des questions, ce que nous avons fait», a indiqué un porte-parole de la police chypriote à l’AFP. «Ses réponses ont été envoyées au Liban», a-t-il ajouté, précisant que cet homme, Igor Gretchouchkine, n’avait pas été arrêté mais seulement interrogé sur la cargaison du navire à la demande du bureau d’Interpol au Liban.

Les énormes déflagrations de mardi, les pires vécues par le Liban, ont été déclenchées par un incendie qui s’est déclaré dans un entrepôt abritant depuis six ans un stock de nitrate d’ammonium, «sans mesures de précaution», selon les autorités. Au moins 137 personnes ont été tuées, des milliers blessées et des centaines de milliers laissées sans abri.

Escale imprévue à Beyrouth

En 2013, le Rhosus, battant pavillon moldave et venant de Géorgie, a fait escale à Beyrouth, en route pour le Mozambique, selon une source de sécurité libanaise. Avec à son bord 2750 tonnes de nitrate d’ammonium, qui peut entrer dans la composition de certains explosifs à usage civil, mais également être utilisé comme engrais.

Selon plusieurs médias, dont le New York Times, M. Gretchouchkine avait loué le bateau, forcé d’accoster à Beyrouth en raison d’un trou dans sa coque. Selon le site Marine Traffic, il est arrivé le 20 novembre 2013 et n’est jamais reparti. Il avait rencontré des problèmes techniques.

D’après des sources sécuritaires libanaises, alors que le Rhosus était en transit à Beyrouth, une firme libanaise aurait porté plainte contre la compagnie à laquelle le bateau appartenait, poussant la justice locale à saisir l’embarcation.

Le Mozambique «pas informé»

Les autorités portuaires du Mozambique ont officiellement nié jeudi avoir eu connaissance du navire et de sa cargaison de nitrate d’ammonium qui a explosé à Beyrouth, dont des sources libanaises assurent qu’il était en route pour le Mozambique mais avait interrompu son voyage au Liban. «Les autorités portuaires de Beira n’étaient pas informées de l’arrivée du Rhosus», a indiqué le port de Beira dans un communiqué.

«L’arrivée d’un navire dans ce port est annoncée de 7 à 15 jours à l’avance», a-t-il ajouté. Mais un haut responsable du port, qui a demandé à rester anonyme, a indiqué que «bien que la destination du navire était Beira, la destination finale de la cargaison n’était pas le Mozambique mais le Zimbabwe ou la Zambie parce que le nitrate d’ammonium sert à fabriquer des explosifs pour l’industrie minière». «Et apparemment ce type de nitrate d’ammonium n’était pas celui utilisé dans l’agriculture (comme engrais), mais dans l’industrie minière», a-t-il poursuivi.

Selon un communiqué du cabinet d’avocats libanais Baroudi & Associates, qui représente l’équipage du navire, le bateau devait transporter une cargaison de Beyrouth en Jordanie mais les autorités du port avaient empêché le navire de la charger et de partir en raison de «défauts techniques et de non-respect des règles de sécurité maritime».

Le cabinet a ajouté que le propriétaire du bateau et ceux qui l’avaient affrété avaient abandonné les quatre membres de l’équipage à leur sort. Il a précisé avoir averti les autorités des «risques d’explosion de la cargaison à bord». Plus tôt jeudi, le Ministère de l'intérieur chypriote avait nié des informations selon lesquelles le Russe posséderait un passeport chypriote. Selon le journal chypriote Politis, M. Gretchouchkine habite Limassol, important port de commerce de transit en Méditerranée, avec sa femme, une ressortissante russe détentrice d’un passeport chypriote.

(cga/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
100 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Ahmed CHOUBLAF

07.08.2020 à 09:10

Ce nitrate n'était-il pas utilisé par des terroristes pour la construction de missiles ?

Artificier

07.08.2020 à 08:36

Qu’est ce qui a provoqué l’incendie qui a causé l’explosion ? Des petards du premier août comme les images tendent à le montrer?

Fumeurs

07.08.2020 à 06:36

C'est sûrement un ouvrier du port qui a jeté son mégot de clope de manière nonchalante et il est malencontreusement tombé sur le stock de nitrate d’ammonium. Les fumeurs jettent leurs mégots tellement n'importe où sans aucun respect...