Revenu de base en Suisse: Un salaire de 7000 fr. pour les parents pour le travail à la maison?
Publié

Revenu de base en SuisseUn salaire de 7000 fr. pour les parents pour le travail à la maison?

Une écrivaine alémanique, agacée par une pratique du Tribunal fédéral qui pénaliserait selon elle les femmes, relance l’idée d’un revenu de base pour les tâches ménagères et l’éducation des enfants.

Pour l’écrivaine Sibylle Stillhart, il est temps que les personnes, le plus souvent les femmes, qui assurent le travail domestique soient aussi payées.

Pour l’écrivaine Sibylle Stillhart, il est temps que les personnes, le plus souvent les femmes, qui assurent le travail domestique soient aussi payées.

Imago

La semaine dernière, le Tribunal fédéral a modifié et précisé certaines pratiques entourant le droit des familles, notamment lors d’un divorce. Nouveauté: la «règle des 45 ans» a été abolie. Désormais, après 45 ans, il ne sera plus automatiquement accordé des pensions à des femmes qui divorceraient après un mariage pendant lequel elles n’ont pas été salariées, mais se sont occupées du ménage. Celles-ci seront tenues de s’insérer sur le marché du travail, dans la mesure du possible, afin de subvenir à leurs besoins.

Tout travail mérite salaire

L’écrivaine et journaliste alémanique Sibylle Stillhart s’est agacée de cette décision dans les éditions dominicales des journaux de CH-Media. «Trouver un emploi bien rémunéré après ne pas avoir été employée du tout ou seulement à temps partiel pendant des années n'est pas si facile, voire impossible», argumente-t-elle. Surtout, elle note que ces femmes ne se sont pas tourné les pouces pendant leur mariage, mais ont travaillé à la tenue du ménage et à l’éducation des enfants. Ce travail devrait être rémunéré, selon elle.

Cette forme de revenu de base pour le travail domestique serait financé par l’État. De cette manière, si un couple se sépare et que la femme se retrouve avec ses enfants à charge et pas de travail salarié, elle serait néanmoins soutenue par la collectivité pour les services rendus, notamment pour l’éducation des enfants qui, plus tard, contribueront aussi à la prospérité nationale via leur travail.

Initiative balayée, idée répétitive

Le 5 juin 2016, la population rejetait l’initiative «Pour un revenu de base inconditionnel», qui proposait que chaque habitant reçoive mensuellement un revenu fixe et identique pour tous, qu’il travaille ou non à côté. Tous les cantons avaient dit non, tout comme 76,9% de la population. Quelques cantons s’étaient démarqués en étant plus ouverts à l’idée, comme Bâle-Ville (36% de oui), le Jura (35,8%) et Genève (34,7%). Malgré ce rejet, l’idée continue de circuler en Suisse et à l’international. Des économistes de gauche comme de droite continuent de s’y intéresser et, dans le monde, des essais localisés de revenus de base sont menés.

Financement à trouver

Au fond, pour elle, c’est ce travail domestique qui doit être récompensé financièrement, peu importe le statut marital des parents. Femme seule, parents en couple ou familles recomposées, chacun doit être rémunéré. «On peut imaginer un salaire mensuel de 7000 fr. pour des parents avec deux enfants, dit-elle. Et qu’on ne vienne pas me dire que la Suisse n’est pas assez riche pour cela».

Rudolf Minsch, économiste à Economiesuisse, rejette la proposition tout net. «Financer cela entraînerait des augmentations massives des impôts. Et ce ne serait pas profitable d’un point de vue de l’égalité entre femmes et hommes au plan professionnel, car des femmes pourraient se contenter de ce revenu et ne plus chercher à entrer sur le marché du travail», estime-t-il.

(jag/ywe)

Ton opinion