Afrique: Un saut à l'élastique cauchemardesque
Actualisé

AfriqueUn saut à l'élastique cauchemardesque

Une touriste de 22 ans a survécu «par miracle» à un plongeon de 111 mètres dans le fleuve Zambèze, à proximité des chutes Victoria, lors d'un saut à l'élastique où la corde s'est rompue!

Erin Langworthy, 22 ans, voulait son lot de sensations fortes. Elle l'a eu! En vacances, cette jeune Australienne avait décidé la veille du Nouvel-An d'effectuer un saut à l'élastique depuis un pont situé au-dessus des chutes Victoria.

Quelques secondes après qu'elle eut sauté, à 111 mètres au-dessus du fleuve frontalier entre la Zambie et le Zimbabwe, la corde s'est rompue. Les images enregistrées par une caméra montrent la jeune femme heurtant l'eau de plein fouet, avec ses pieds toujours attachés à l'élastique, avant qu'elle ne soit emportée par les rapides.

Elle «reçoit des coups partout»

«Tout est devenu noir. J'avais l'impression de recevoir des coups de partout», a-t-elle raconté à la chaîne de télévision australienne Channel Nine. «Au fur et à mesure que je m'enfonçais dans les flots, l'eau est devenue plus froide et ça a dû me faire reprendre conscience.»

Erin Langworthy, qui habite Perth, avait fait du rafting la veille dans les rapides et se souvenait des conseils de sécurité donnés par l'instructeur.

«Le courant était violent et j'ai commencé à entendre les rugissements» des chutes, a-t-elle dit. «C'est comme être dans des vagues, vous êtes aspiré(e) vers le fond puis vous revenez à la surface, mais vous n'avez aucune orientation. Je ne savais pas si j'étais vers la surface ou vers le fond.»

Juste une clavicule cassée et des ecchymoses

La jeune femme est parvenue à nager jusqu'au rivage du fleuve, les pieds toujours attachés. «C'était assez terrifiant car, à plusieurs reprises, la corde s'est coincée sous des rochers et des débris. Je devais donc plonger et dégager la corde.»

Erin Langworthy s'en est tirée avec une clavicule cassée et d'énormes bleus. Elle a été transportée en Afrique du Sud pour y être soignée. «Oui, vraiment, il est miraculeux que j'en aie réchappé», a-t-elle déclaré.

Interview d'Erin Langworthy

(Source: Youtube/Channel 9) (ats)

Ton opinion