Actualisé 16.03.2014 à 21:12

Finales de ski alpin

Un scandale vient ternir l'épilogue de l'hiver

Les finales de Lenzerheide auraient dû conclure la saison de Coupe du monde en apothéose. Elles ont été marquées par une polémique lors du slalom, hier.

de
Marc Fragnière, Lanzerheide

Piqueté par le coach de Marcel Hirscher, le premier tracé a provoqué l'ire des autres concurrents. Sur une neige ­hypermolle, le tronçon dénué de rythme et aux contours exagérément généreux imaginé par Michael Pircher a clairement avantagé les premiers dossards. La piste Silvano Beltrametti se creusant inexorablement au fil des passages, les viennent-ensuite ont dû composer avec un parcours complètement défoncé, où il a surtout été question de survie entre les trous. Or, comme Marcel Hirscher s'est élancé en premier, il n'en fallait pas plus pour relancer le débat du piquetage.

Ce sujet avait déjà avivé les rancœurs cet hiver. Notamment à l'occasion du slalom olympique, lorsque Ante Kostelic (le père et coach d'Ivica) avait piqueté une 2e manche jugée «inskiable» et rendu furibonds une bonne partie des prétendants au titre.

Hier, la stratégie employée par Michael Pircher a parfaitement fonctionné; après le premier tracé, seuls deux hommes pouvaient encore prétendre à la victoire finale: Marcel Hirscher et Felix Neureuther. L'Allemand était pointé à 6 centièmes, alors que le 3e, l'Autrichien Mario Matt, était déjà relégué à plus d'une seconde.

«Ce sont des abrutis. C'était tracé pour Hirscher, qui partait devant. Sur cette neige, c'était sûr que ça allait creuser», s'est emporté Jean-Baptiste Grange, 4e du parcours initial. Bon dernier, l'Américain Bode Miller a pour sa part estimé que le tracé était «irresponsable et irrespectueux pour les athlètes».

Twitter: @MarcFragniere

«Le meilleur a gagné. Oui, mais...»

«Le meilleur a gagné», a reconnu Felix Neureuther à l’issue de la course. Deuxième hier et battu au classement de la discipline pour 15 points seulement, l’Allemand n’a toutefois pas digéré le piquetage du premier tracé. «Les coaches et les athlètes étaient una­nimement dégoûtés. On doit réfléchir pour améliorer cela dans le futur. Peut-être qu’il faut changer la façon de procéder et remettre le piquetage à des instances neutres. Je ne pense pas que le spectacle auquel on a eu droit en première manche fasse de la publicité pour notre sport.» C’est le moins que l’on puisse dire...

Dominateurs jusqu'au bout.

Les Autrichiens Marcel Hirscher et Anna Fenninger ont terminé une saison riche en satisfactions par un succès et un globe de spécialité. Deuxième du premier tracé, la Salzbourgeoise est parvenue à préserver l’essentiel de son acquis l’après-midi. Elle a ainsi remporté son 4e géant d’affilée en Coupe du monde: «C’est fou. Le géant est la discipline de base du ski alpin. Je suis fière de moi. J’ai toutefois encore de la peine à croire que je suis la meilleure skieuse du monde!» Les Suissesses Lara Gut et Dominique Gisin se sont classées respectivement 5e et 8e. La Tessinoise en a profité pour assurer son 3e rang au général. Chez les messieurs, Marcel Hirscher a pris un maximum de risques lors d’une deuxième manche d’anthologie: «Je me suis dit, c’est le moment, mon gars, de skier à 120%.» Il a triomphé et s­oufflé le globe du slalom à son rival et ami Felix Neureuther, 2e hier.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!