24.07.2020 à 00:10

Soudan

Un second charnier d’opposants à Omar al-Béchir découvert

À la mi-juin, une fosse commune renfermant les corps de dizaines de soldats exécutés en 1998 par le régime d’Omar al-Béchir, avait été mis au jour.

Mardi, l’ex-président soudanais Omar al-Béchir, a comparu mardi devant une cour spéciale à Khartoum où il doit répondre du coup d’État qui l’avait porté au pouvoir en 1989

Mardi, l’ex-président soudanais Omar al-Béchir, a comparu mardi devant une cour spéciale à Khartoum où il doit répondre du coup d’État qui l’avait porté au pouvoir en 1989

AFP

Les corps de 28 officiers de l’armée soudanaise, qui avait tenté un coup d'État en 1990 pour renverser l’ex-président Omar al-Béchir, ont été découverts dans une fosse commune à Omdurman, ville jumelle de Khartoum, a annoncé jeudi le procureur de la république. Il s’agit du second charnier découvert depuis la chute de l’autocrate, qui avait dirigé le pays d’une main de fer durant 30 ans.

C’est sur la base d’informations recueillies par une commission d’enquête mise en place par les services du procureur, après le renversement d’Omar al-Béchir, que la fosse commune a été trouvée. «Il aura fallu trois semaines et la participation de 22 experts de différents services pour la localiser. Des opérations sont en cours pour exhumer les corps et des médecins procèdent à des tests pour les identifier», a ajouté dans un communiqué le procureur Tagelsirr al-Hebr.

Ces officiers avaient encerclé le quartier général de l’armée ainsi que plusieurs casernes avant d’être arrêtés et exécutés sommairement. À la mi-juin, une fosse commune renfermant les corps de dizaines de soldats, exécutés en 1998 par le régime d’Omar al-Béchir alors qu’ils tentaient de déserter, avait été mis au jour par la commission chargée d’enquêter sur les meurtres commis dans le camp militaire d’Ailefoun, au sud-est de Khartoum.

Premier charnier

En avril 1998, plusieurs dizaines de jeunes conscrits avaient été tués en tentant de s’échapper du camp insalubre d’Ailefoum où se déroulait leur formation, afin de rejoindre leurs familles pour la fête musulmane de l’aïd al-Adha. Rejetant les accusations qui leur étaient adressées, les autorités soudanaises d’alors, répondant à l’ex-président Omar al-Béchir, avaient affirmé que les jeunes soldats étaient morts noyés dans le Nil bleu. Officiellement, 55 corps ont été repêchés après que le bateau transportant les conscrits eut coulé.

Cette version officielle a rapidement été contestée par des rescapés, des familles de victimes qui n’ont jamais reçu les dépouilles de leurs proches, ainsi que plusieurs groupes d’opposition qui estiment à des centaines le nombre de victimes.

Le régime militaire d’Omar al-Béchir, chassé du pouvoir en août 2019 après avoir régné 30 ans sur le Soudan avec une poigne de fer, utilisait les conscrits comme contingent dans sa guerre contre les rebelles du Sud, région riche en ressources pétrolières qui a fait sécession en 2011. Depuis août 2019, le Soudan s’est doté d’un gouvernement civilo-militaire de transition, chargé de diriger le pays durant trois ans.

Résolu à rompre avec l’ancien régime, ce dernier cherche à rétablir la vérité, longtemps étouffée, sur les exactions et les massacres commis sous la dictature d’Omar al-Béchir. Reconnu coupable de corruption en décembre 2019, Omar al-Béchir, qui est actuellement détenu à la prison de Kober, à Khartoum, est également sous le coup de deux mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour «crimes de guerre», «crimes contre l’humanité» et «génocide» au Darfour.

300’000 morts

Le conflit au Darfour (ouest), qui a éclaté en 2003 entre le régime à majorité arabe d’Omar al-Béchir et des insurgés issus de minorités ethniques, a fait environ 300’000 morts et contraint près de 2,5 millions de personnes à l’exil, selon les Nations unies.

Mardi, l’ex-président soudanais, a comparu mardi devant une cour spéciale à Khartoum où il doit répondre du coup d’État qui l’avait porté au pouvoir en 1989, un procès inédit dans le monde arabe. La première audience n’a duré qu’une heure car la salle n’a pu accueillir les 191 avocats de la défense. La cour spéciale formée de trois juges a fixé au 11 août la prochaine audience.

L’ex-autocrate âgé de 76 ans et 27 autres accusés risquent la peine de mort pour avoir renversé le gouvernement démocratiquement élu du Premier ministre Sadek al-Mahdi il y a 31 ans. Parmi eux figurent des militaires et des civils, qui étaient regroupés dans des cages, ainsi que les anciens vice-présidents Ali Osman Taha et le général Bakri Hassan Saleh. La majorité des détenus portaient l’habit blanc traditionnel et une coiffe de la même couleur.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!