Maroc: Un second spéléologue est mort
Actualisé

MarocUn second spéléologue est mort

Un second spéléologue espagnol est mort dimanche au Maroc, a annoncé le ministère espagnol de l'Intérieur sur son compte Twitter.

«J'adresse mes condoléances à la famille et aux cammarades de José Antonio Martinez, inspecteur en chef de la police mort au Maroc», a indiqué le ministère en publiant un message signé du ministre Jorge Fernandez Diaz.

Cet inspecteur en chef de la police âgé de 41 ans était pris au piège dans un ravin de l'Atlas.

Ses jambes avaient été fracturées et il s'était heurté la tête, selon le témoignage de son épouse à la télévision publique espagnole. Seul l'un des trois spéléologues bloqués depuis lundi a donc survécu, après leur localisation samedi au fond d'un ravin très difficile d'accès près de Tarmest.

Juan Bolivar, 27 ans, aurait même déjà été extirpé du ravin, selon des sources du ministère de l'Intérieur citées par la télévision publique, qui précise qu'il doit être hospitalisé à Ouarzazate au Maroc.

Un homme «expérimenté»

Dimanche matin les autorités espagnoles avaient confirmé la mort de Gustavo Vinues, un avocat de 41 ans père de deux enfants, spéléologue chevronné. «Il avait pris part à des opérations de secours» et était «expérimenté», a déclaré son cousin Victor Rengel à la télévision.

Selon la chaîne, qui a pu s'entretenir avec des secouristes marocains, l'un des trois hommes a glissé sur une plaque de glace et entraîné les deux autres dans sa chute.

Très escarpé, le Haut-Atlas, dont les sommets flirtent avec les 4000 mètres, est bien connu des randonneurs, et le Maroc est une destination prisée des Espagnols, en particulier durant la période des vacances de Pâques. (afp)

Ton opinion