Actualisé 18.12.2019 à 11:50

Rixes entre extrémistes

Un secrétaire du PS dérape via un réseau social

Membre des Jeunesses socialistes vaudoises et de la Commission des jeunes, un mineur a provoqué des identitaires genevois. Il dit avoir agi sous le coup de l'émotion.

de
Frédéric Nejad Toulami
Extrait de l'échange de menaces proférées via la messagerie d'un réseau social.

Extrait de l'échange de menaces proférées via la messagerie d'un réseau social.

dr

«Bande de nazillons. Crevez dans les caniveaux de Genève.» Ces propos, suivis d'une incitation à une rixe dans la cour d'un établissement scolaire, ont été envoyés par le secrétaire général de la section socialiste de Pully (VD) à un groupe de nationalistes genevois, le jeudi 12 décembre. Âgé de 17 ans, il dit assumer mais regrette désormais, après avoir été entendu par la présidente du Parti socialiste vaudois, Jessica Jaccoud.

Il justifie son dérapage par une lettre anonyme reçue par la poste au domicile familial un jour avant, dans laquelle il est insulté et sa famille menacée de mort. Signé des lettre KP qu'il identifie comme les initiales de Kalvingrad Patriote: un petit groupe d'identitaires genevois, classé très à droite et souvent attaqué par des Antifas. Des doutes subsistent cependant. Le Vaudois s'est contenté de nous scanner la supposée lettre anonyme: une page A4 sans la moindre marque de pli pour entrer dans une enveloppe standard. Il a refusé de nous rencontrer même brièvement pour nous la montrer. Et à aucun moment il ne mentionne cette missive outrageante à ses auteurs présumés. Quant à l'enveloppe timbrée reçue, il dit ne pas l'avoir conservée. Mais il assure qu'il est sur le point de déposer plainte contre inconnu au ministère public vaudois.

Interrogée, Jessica Jaccoud le croit et insiste sur son jeune âge: «Il a été très choqué et a eu peur pour sa famille. Il a ressenti une importante colère d'être attaqué en sa qualité de membre d'un parti politique.» Elle dit le soutenir mais ne cautionne pas «ses propos regrettables». Subsiste une question sans réponse: pourquoi des identitaires genevois auraient ciblé ainsi un sombre inconnu mineur?

Contactés à ce sujet, le Délégué vaudois à l'enfance et à la jeunesse et le porte-parole du Département de la jeunesse n'ont pas souhaité répondre.

Rixes et encouragements

De violentes attaques opposent régulièrement des militants de la gauche radicale à ceux de l'autre extrême à Genève. Dernier cas en date: samedi soir passé, où une vingtaine d'antifas armés sont allés agresser des membres des Kalvingrad Patriotes au centre-ville, comme ils l'ont revendiqué. Certains ont fini à l'hôpital mais aucune plainte n'a encore été déposée. Cela fait suite à une attaque sur la terrasse d'un bistrot dans la Vieille-ville. Des élus et sympathisants d'extrême gauche soutiennent publiquement ces violences.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!