France: Un sénateur retrouvé mort avant son procès
Actualisé

FranceUn sénateur retrouvé mort avant son procès

Jean Germain, ancien maire socialiste de Tours, a été retrouvé mort mardi peu avant de comparaître dans l'affaire des «mariages chinois». Il se serait suicidé.

Le sénateur français avait 67 ans.

Le sénateur français avait 67 ans.

Jean Germain, 67 ans, devait être jugé pour complicité de prise illégale d'intérêts dans ce dossier de cérémonies fictives de groupes qu'il célébrait à la mairie de Tours pour des couples asiatiques. Ces «mariages» étaient organisés par une société dont la dirigeante, Lise Han, était également chargée des relations franco-chinoises à la mairie.

Le corps du sénateur a été retrouvé en fin de matinée à proximité de son domicile, a-t-on appris de source policière. «L'audience a été reportée à une date ultérieure pour circonstances insurmontables», a déclaré la présidente du Tribunal correctionnel de Tours.

Son avocat, Me Dominique Tricaud, a estimé à sa sortie du tribunal qu'un «tissu de ragots, un tissu de rumeurs, un tissu de méchancetés» avaient conduit à ce drame. «La presse, le Parquet, vous êtes responsables de la mort de Jean Germain», a accusé l'avocat.

Lettre d'adieu

Un peu plus tôt, il avait évoqué une lettre d'adieu retrouvée au domicile de l'élu, et son inquiétude. Dans cette lettre, Jean Germain disait vivre une situation «insupportable» puisqu'il estimait avoir agi uniquement pour doper le tourisme local et sans en tirer bénéfice.

«On ne peut laisser la chasse systématique aux politiques se dérouler normalement», écrivait-il. Pour Didier Guillaume, président du groupe PS du Sénat, «le dénigrement indécent lui a été insupportable».

Hommage de Valls

Le Premier ministre, Manuel Valls, a rendu hommage à un «républicain, un laïc engagé». «Nous étions très liés», a-t-il dit à la presse. «Il avait été pendant plusieurs années un élu extraordinaire (...) Je savais qu'il avait à affronter un moment difficile, je pensais qu'il avait la force et la détermination pour pouvoir se confronter à la justice.»

L'affaire des mariages chinois concernait des cérémonies organisées entre 2007 et 2011 et tenues à la mairie. Elles devaient attirer à Tours les touristes asiatiques grâce à des cérémonies de groupe pendant lesquelles ils célébraient un mariage fictif.

La principale prévenue est Lise Han, ancienne collaboratrice de Jean Germain. Elle aurait organisé et facturé ces mariages dans le cadre de voyages en même temps qu'elle travaillait au cabinet du maire.

Il lui est ainsi reproché de s'être attribué des marchés publics en profitant de sa double activité. Elle a été mise en examen pour prise illégale d'intérêts, escroquerie et recel de fonds publics. Pour l'avocat du sénateur, «le nombre de touristes (dans la région) a été multiplié par trois» grâce à cette initiative et, selon lui, «il n'y a pas eu de préjudice» subi par la collectivité. (ats)

Ton opinion